Eramet : bonne résistance du nickel et de la SLN en Nouvelle-Calédonie malgré la récession mondiale

nickel
SLN
Usine SLN-Eramet de Doniambo en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Le berceau mondial de l'industrie du nickel tient bon dans la tempête. Si les ventes de la SLN sont en baisse de 10 % au premier trimestre, cela démontre paradoxalement une belle résistance de l'opérateur calédonien dans un contexte de récession économique mondiale.
Le chiffre d’affaires de la division nickel a reculé de 8%, à 151 millions d'euros. Tous les centres miniers et les usines de la division Mines et Métaux produisent normalement. Le groupe métallurgique et minier Eramet a indiqué mardi qu'il ne pouvait pas évaluer les impacts de la crise sanitaire mondiale du coronavirus sur son activité pour les prochains trimestres, après avoir vu ses revenus se contracter de 11% au premier trimestre sous l'effet d'une baisse des prix des matières premières.

"Il est trop tôt pour mesurer l'impact de la situation sanitaire sur l'activité des prochains trimestres", a déclaré la PDG du groupe, Christel Bories, citée dans un communiqué. Pour contrer les effets de cette crise sanitaire, "nous avons pris des mesures immédiates pour réduire nos coûts, limiter nos investissements et préserver notre trésorerie et nous mettons tout en œuvre pour protéger l'emploi", a également affirmé la dirigeante.

Eramet avait suspendu fin mars ses objectifs financiers pour 2020 en raison des incertitudes liées à la pandémie de coronavirus. Le groupe avait alors annoncé avoir mobilisé l'intégralité de ses lignes de crédit d'un montant de 1,5 milliard d'euros "par mesure de précaution".

Eramet souffre, s'adapte et résiste
Eramet souffre d'une faible visibilité sur les trimestres à venir en raison de la crise sanitaire. Le groupe fait face à une baisse de la demande ainsi qu'à une contraction de l'offre qui crée de fortes incertitudes et une instabilité des équilibres du marché du nickel. Le président des Philippines vient d’annoncer une prolongation de l’arrêt des exportations de minerai en raison de la crise sanitaire. "La baisse récente des cadences de production des grands donneurs d'ordre de l'industrie aéronautique et le recul du secteur automobile pèseront durablement sur l'activité de la division Alliages Haute Performance sur le long terme", a également souligné le groupe minier.

Une crise mondiale
L'impact de la pandémie de coronavirus sur le chiffre d'affaires d'Eramet du premier trimestre a été limité. Mais le groupe minier a été pénalisé par une forte baisse des prix du minerai de manganèse et du ferronickel qui se vend sous les cours officiels du LME de Londres.
Sur les trois premiers mois de cette année, Eramet a réalisé un chiffre d'affaires de 774 millions d'euros, contre 873 millions d'euros à la même période en 2019, soit une baisse de 11% en données publiées. A périmètre et changes constants, les revenus du groupe ont globalement diminué de 14%.

Résultats (BU) du nickel
Le chiffre d’affaires de la BU Nickel inclut l’usine hydro métallurgique de Sandouville dans la banlieue du Havre. Il s’élève à 151 M€ au 1er trimestre 2020, en recul de 8 %. A la SLN, les ventes sont en baisse de 10 % à 132 M€. La forte augmentation des volumes d’exports de minerai de nickel conjuguée à la hausse des prix du minerai n’a que partiellement compensé le recul des ventes de ferronickel, qui s’explique à la fois par une contraction des volumes vendus et par une baisse des prix de vente. Le ferronickel s’est en effet vendu avec une très forte décote par rapport au prix du LME au 1er trimestre 2020. Le chiffre d’affaires de Sandouville est resté stable à 18 M€. 
  
Tous les centres miniers et les usines de la division Mines et Métaux produisent au nominal, indique Eramet. En Indonésie, le calendrier de montée en puissance de l’usine de fonte de nickel (NPI) de Weda Bay au 1er semestre 2020 est maintenu. Globalement, sur l’ensemble de la division, les livraisons du 1er trimestre ont pu être effectuées pour des volumes satisfaisants, mais il reste très difficile d’anticiper l’évolution de la situation sanitaire dans chaque pays et le niveau d’activité des clients dans les prochains mois. 

Cours du nickel au LME de Londres, le 28/04/2020 à 10:35 am
12 265 dollars/tonne + 0,29 %    

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live