Eramet relève ses prévisions annuelles sauf pour le nickel en Nouvelle-Calédonie

nickel
SLN
Usine SLN de Doniambo à Nouméa, province-Sud de la Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Le groupe français de la transition énergétique a été soutenu par la reprise et la hausse des cours des matières premières et notamment du nickel. La production a été soutenue en Indonésie mais a souffert en Nouvelle-Calédonie.

Le groupe minier français Eramet a annoncé lundi dans un communiqué que l’environnement de prix des matières premières a été très favorable au troisième trimestre, mais le coût du fret a absorbé une grande partie des hausses de prix des minerais.

Eramet perçoit une dynamique de marché, et notamment au LME, très favorable au quatrième trimestre.

La prévision d'excédent brut d’exploitation du groupe français de la transition énergétique est revue à la hausse sur l'année. L’excédent brut d’exploitation prévisionnel serait proche du milliard d'euros en 2021.

Les contrastes du nickel

Le chiffre d'affaires de la division nickel a augmenté de 39%, à 300 millions d'euros, en raison des cours élevés du nickel et de la forte production en Indonésie, malgré une baisse de la production de ferronickel en Nouvelle-Calédonie "en raison de la dégradation de la situation sanitaire sur le territoire depuis début septembre".

Eramet a relevé son objectif de production pour le site de Weda Bay, en Indonésie. Le groupe minier table sur une production de nickel d'environ 14 millions de tonnes humides (Mth) de minerai de nickel, contre une précédente prévision de 12 Mth.

En revanche, les attentes concernant les exportations de minerai de nickel de la Nouvelle-Calédonie ont été réduites à "plus de 3 millions de tonnes humides", après avoir ciblé auparavant 3,5 millions de tonnes humides, et Eramet s'attend à ce que la production de ferronickel n'atteigne cette année que 40 000 tonnes contre 45 000 tonnes envisagées auparavant.

Une vague d'infections au COVID-19 sur le territoire français du Pacifique en Nouvelle-Calédonie a perturbé l'activité de la SLN .

"Le contexte sanitaire actuel a renforcé la situation critique de la SLN, dont les fondamentaux commerciaux et la trésorerie se sont encore détériorés au troisième trimestre malgré un marché du nickel en forte hausse", a déclaré Eramet dans son communiqué.

"La situation reste (…) préoccupante en Nouvelle-Calédonie : la SLN se trouve à un moment déterminant, victime de multiples perturbations depuis le début de l’année et en attente de décisions cruciales pour mettre en œuvre intégralement son plan de sauvetage", a précisé Christel Bories Présidente-directrice générale du groupe Eramet.

Perspectives annuelles tous secteurs

Le groupe minier et métallurgique Eramet a relevé lundi son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) pour 2021 après avoir vu son chiffre d'affaires croître de 34% sur un an au troisième trimestre, dans un contexte de prix des alliages de manganèse très favorables.

Le groupe table désormais sur un Ebitda proche de 1 milliard d'euros cette année, contre une précédente prévision de 850 millions d'euros, "compte tenu de l'excellente dynamique pour les alliages de manganèse", a indiqué Eramet dans son communiqué de presse.