publicité

La Fédération des fonctionnaires poursuit le mouvement, mais salue des avancées

Au deuxième jour de la grève dans la Fonction publique, des progrès sont notés. L’Avenir en confiance et Calédonie ensemble se sont notamment engagés par écrit à maintenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, principale revendication du mouvement, qui se poursuit dans une version allégée.

Présentation d'une proposition politique aux grévistes présents devant le Congrès. © NC la 1ere
© NC la 1ere Présentation d'une proposition politique aux grévistes présents devant le Congrès.
  • Loreleï Aubry et Cédric Michaut, avec Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
Peut-on parler d’essoufflement ? A peine une cinquantaine de grévistes étaient postés ce mardi devant les portes du Congrès, à Nouméa. Loin des 300 manifestants de la veille. Il faut dire que la Fédération des fonctionnaires a obtenu des engagements écrits de certains mouvements politiques - L’Avenir en confiance et Calédonie ensemble - pour débattre de mesures autour d’un meilleur pouvoir d’achat. Parmi les propositions, une part variable du salaire qui pourrait être liée au coût de la vie.
  

«Très bonne nouvelle»

«Ils ont reconnu que nous étions en perte de pouvoir d’achat», réagit David Meyer, secrétaire général de la «Fédé». «Ils estiment qu’il faut mettre en place des mécanismes de compensation. C’est une très bonne nouvelle, c’est ce que nous souhaitions obtenir. Derrière, il faudra mettre en place toutes les modalités d’application après les élections, avec ceux qui seront élus.»
 
Dans ce collège de Dumbéa-sur-mer ou des agents Atoss sont en grève, les personnels de direction donnent la main pour servir les repas. © Eliane Haudra
© Eliane Haudra Dans ce collège de Dumbéa-sur-mer ou des agents Atoss sont en grève, les personnels de direction donnent la main pour servir les repas.
 

Formation des enseignants 

Une avancée qui vient s’ajouter à celle obtenue ce lundi 18 mars, concernant la réforme du statut des instituteurs reclassés en catégorie A. Une revalorisation légitime, selon le leader de la Fédération des fonctionnaires.
  

«La reconnaissance d’une injustice.»

«Un recrutement "bac", une formation de trois ans qui était d'un excellent niveau, mais non reconnue, et donc une grille de salaire de niveau B, décrit David Meyer: ça nous paraissait aberrant. Aujourd’hui, c’est la reconnaissance d’une injustice. On revient à quelque chose de cohérent et on met en place un nouveau type de formation, avec un recrutement "licence", qu’on espère efficace.»
 

Intersyndicale 

La situation des fonctionnaires, un sujet qui mobilise tous les syndicats, en ce moment. Pour preuve: ce mercredi, devant le Congrès, une intersyndicale composée de l’Usoenc, l'USTKE, FO et la Cogetra viendra également manifester pour dénoncer «la méthode employée concernant la réforme de la fonction publique».

Le reportage de Lorelei Aubry et Cédric Michaut 
SUITE GREVE FED FONCT
Encore des perturbations

# Cette deuxième journée de grève dans la fonction publique s'est traduite par des perturbations à l'OPT:
- quatorze agences postales fermées ainsi que le service clientèle, le 1000;
- neuf agences fonctionnant en mode dégradé, de même que les services financiers; 
- le Centre de traitement du courrier fermé au public et l’exploitation courrier-colis très partiellement assurée; 

# La grève a aussi des conséquences sur le transport aérien domestique. Le mouvement étant suivi par les pompiers de Magenta, Air Calédonie a dû renoncer ce mardi à trois vols et en a annulés autant pour ce mercredi

# Dans l'enseignement, le vice-rectorat décomptait à la mi-journée 16 % de grévistes parmi les surveillants. Il estimait également que chez le personnel Atoss (les agents administratifs, techniques, ouvriers, de service et de santé), un sur dix suivait le mouvement.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play