publicité

référendum NC 2018

rss

Le FLNKS affiche ses soutiens extérieurs

La campagne pour le référendum n’est pas encore finie que le FLNKS dresse déjà un premier bilan de ses actions sur le terrain. Une campagne pour le Oui qui se veut locale, bien évidemment, mais qui revêt également une dimension internationale.

Le député polynésien Moetai Brotherson (2ème à partir de la gauche) est venu apporter son soutien au FLNKS. © Coralie Cochin
© Coralie Cochin Le député polynésien Moetai Brotherson (2ème à partir de la gauche) est venu apporter son soutien au FLNKS.
  • Coralie Cochin avec Caroline Moureaux
  • Publié le , mis à jour le
Depuis le mois de mars, le FLNKS bat la campagne dans le Pacifique, à l’Onu et en Europe, pour raviver notamment ses liens historiques avec les mouvements de libération nationale. 

La tournée européenne

A Bruxelles, son porte-parole Daniel Goa, a pu rencontrer lors d’un séminaire sur les droits des peuples à l‘autodétermination Carles Puigdemont, le leader séparatiste catalan, actuellement en exil. Des déplacements aussi au parlement basque ou à celui des iles Féroé. A noter que les mouvements de libération nationale européens (catalan, basque, écossais et des iles Féroé) se sont regroupés en un « Groupe International de Soutien à l’Indépendance de Kanaky ». Un groupe officialisé en août dernier aux journées internationales de Corte en Corse qui réunissent tous les ans indépendantistes et autonomistes du monde entier. 
Une délégation du FLNKS avec Jean-Guy Talamoni, le président de l'assemblée de Corse. © DR
© DR Une délégation du FLNKS avec Jean-Guy Talamoni, le président de l'assemblée de Corse.

Car si à Paris, les soutiens des partis de gauche se révèlent timides à l’égard du Oui, la solidarité est plus manifeste en Corse, où l’assemblée territoriale a adopté une « motion de soutien au référendum du 4 novembre en Kanaky-Nouvelle-Calédonie ».    
A noter qu’une délégation d’élus de l’Assemblée de Corse sera présente le 4 novembre en Nouvelle-Calédonie pour observer le bon déroulement du scrutin. 

Pour Mickaël Forrest, membre de la commission des relations extérieures du FLNKS, ces relais nationaux et internationaux sont essentiels. 
 
Daiel Goa en compagnie du catalan Carles Puigdemont et du parlementaire écossais Kenneth Gibson. © DR
© DR Daiel Goa en compagnie du catalan Carles Puigdemont et du parlementaire écossais Kenneth Gibson.
 

Des soutiens qui se déplacent

Pour son grand meeting de fin de campagne, ce samedi 20 octobre, à Ponérihouen, le FLNKS compte bien s’appuyer sur ces soutiens venus de l’extérieur.  
Parmi les têtes d’affiche, on retiendra notamment les polynésiens Oscar Temaru et Moetai Brotherson, le député indépendantiste. 
Mais aussi François Benedetti, membre de l’assemblée territoriale corse, et le syndicaliste nationaliste corse Alain Mosconi.
© Coralie Cochin
© Coralie Cochin

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play