Football : Sardo a laissé son empreinte

sportncla1ère
De 2007 à 2020, Thierry Sardo a tout connu dans le football calédonien.
De 2007 à 2020, Thierry Sardo a tout connu dans le football calédonien. ©M.C
Il a connu bien des rôles et des succès. Champion avec le Mont-Dore, vainqueur de la Coupe de Calédonie et des Jeux du Pacifique, Thierry Sardo a su faire apprécier sa personnalité et ses compétences. Le technicien a quitté le territoire la nuit dernière. 

Gardien de Wetr, guide de Mouli


Il a pour le moins bourlingué dans le ballon rond calédonien. Lorsqu'il arrive sur le territoire en 2007, Thierry Sardo fait ses débuts comme joueur. Il est le portier de l'équipe de Wetr en promotion honneur sud et s'occupe des moins de 19 ans pendant une demi-saison. Manu Hemesdael, alors entraîneur du club Drehu, se souvient d'une personnalité attachante. " Il a toujours été jovial, très sympathique et proche des jeunes. Il sait se faire respecter et aime s'amuser. Thierry savait bien allier les deux ". Le gardien joue au football à 11, mais aussi au futsal. Il sera même champion avec la formation de l'UNC en 2009.
 
Thierry Sardo dans les cages de l'UNC futsal.
Thierry Sardo dans les cages de l'UNC futsal. ©FC Ferrand Futsal

Cette année-là, le Corse devient technicien d'un groupe senior. Il choisi de prendre les rennes de Mouli, promu en 1ère division. " On est là pour produire du jeu, ne pas trop parler sur le terrain, et faire preuve de discipline, disait-il à l'époque, à la sortie d'un match prolifique remporté 6-3 contre Kunié. Pendant deux ans, il permet à ses troupes de se maintenir. " Il faut se souvenir qu'en 2010, en playdowns, on provoque la descente de Baco alors que ce club n'avait jamais quitté la première division en trente ans, rappelle t'il aujourd'hui. 

La rétro du parcours de Thierry Sardo en vidéo ci-dessous :
©nouvellecaledonie
 

Champion avec l'ASMD, sacré en Coupe à la tête de Lössi


Thierry Sardo fait son bonhomme de chemin. Il continue d'avancer en préférant l'expérience à la lumière. En 2011, un gros poisson, l'AS Mont-Dore, le recrute pour épauler son entraîneur principal, Percy Avock. Mission acceptée. Le duo mène l'équipe de Michel Hmaé et Patrick Diaïké en playoffs et au titre de champion, après un carton 7-1 contre Gaïtcha. Premier trophée.
 
Thierry Sardo, debout en haut à droite, avec l'AS Mont-Dore.
Thierry Sardo, debout en haut à droite, avec l'AS Mont-Dore. ©DR

Apprécié pour son sérieux, il rejoint la sélection calédonienne en qualité d'entraîneur des gardiens. L'occasion de ressentir l'immense ferveur populaire des Jeux du Pacifique à Nouméa, et la joie déclenchée par la médaille d'or obtenue par la sélection cagoue. Nouveaux frissons. Ce ne seront pas les derniers. L’année suivante, le voilà coach principal de l’AS Lössi. Après une finale équilibrée dans les 120 premières minutes et remportée aux tirs aux buts contre Magenta, les siens décrochent la Coupe de Calédonie.
 
Les joueurs de Lössi coachés par Sardo remportent la Coupe de Calédonie 2012.
Les joueurs de Lössi coachés par Sardo remportent la Coupe de Calédonie 2012. ©DR
 

Entraîneur, directeur sportif et sélectionneur


Avec sa gouaille et ses résultats, les propositions ne manquent pas pour lui confier des responsabilités. A la mi-2014, on vient le chercher pour prendre la suite d'Eric Louis à Tiga Sport. Retour à la case "maintien". Un objectif qu'il atteindra deux saisons d'affilée, avant de passer directeur technique et responsable des jeunes, avec une finale à la clé pour les moins de 16 ans. Revenu aux commandes des seniors en 2017, son équipe rate de peu la qualification en ligue des champions d'Océanie. Elle perd la 2e place du classement de Super Ligue en raison de pénalités. 
Médaille d'or autour du cou, aux Jeux du Pacifique 2015.
Médaille d'or autour du cou, aux Jeux du Pacifique 2015. ©C. Favennec

Quand la fédération calédonienne lui confie les rennes de la sélection A en 2015 pour les Jeux du Pacifique en Papouasie Nouvelle-Guinée, il ne recule pas devant la tâche ardue qui l'attend. Il s'agit pour lui et son adjoint, Pierre Wajoka, de constituer la meilleure formation possible avec des joueurs de moins de 23 ans, comme l'impose le nouveau règlement de la compétition. La préparation au Vanuatu n'est pas convaincainte en terme de résultats et les critiques pleuvent au pays. Elles seront tues par un triomphe 2-0 en finale contre Tahiti. 
De 2015 à 2020, il aura gagné 10 matchs à la tête de la sélection A, pour 8 défaites et 7 résultats nuls. Son dernier fait d’armes restera cette défaite cruelle, contre le cours du jeu, en finale des derniers Jeux du Pacifique à Samoa. Un revers 2-1 contre les moins de 23 ans Néo-Zélandais, après un parcours remarquable de bout en bout, et une qualité de jeu rarement vue. 
 

Des Cagous reconnaissants


Ces dernières 48 heures, les messages de sympathie et de regrets quant à son départ ont fusé de toute part. Educateur de la fédération calédonienne de football, Kamali Fitialeata ne cache pas sa "tristesse". Plusieurs de ses anciens joueurs lui ont rendu visite, comme les attaquants Richard Sélé et Jean-Philippe Saïko, le défenseur Jérémie Dokunengo ou encore le gardien Thomas Schmidt. Hier soir encore, ils étaient plusieurs à l'accompagner jusqu'à l'aéroport de Tontouta. Parmi eux, son ancien buteur du Mont-Dore et partenaire de la FCF, Romain Painbéni, et son stoppeur à Tiga, Kenjy Vendegou. Thierry Sardo aura touché ceux qu'il a côtoyé par sa gentillesse, son tempéramment, et son ouverture d'esprit. Il va désormais profiter de sa retraite professionnelle en métropole dans le Tarn-et-Garonne, tout en entraînant le club de Lavit au niveau régional 3. 

Entretien avec Thierry Sardo réalisé par Thérèse Waia dans le journal télévisé du lundi 27 juillet
Les Outre-mer en continu
Accéder au live