Frédéric Angleviel mis à la retraite d'office de l'UNC après une nouvelle affaire judiciaire

justice
Frédéric Angleviel mis à la retraite d'office après une nouvelle affaire au tribunal de Nouméa
©NC la 1ère
Le professeur d’Histoire ne fait officiellement plus partie de l’Université de la Nouvelle-Calédonie. Une mesure prise à Paris, par le président de la République. En 2019, l'universitaire avait été condamné à 3 mois de prison avec sursis, dans une affaire d’abus de faiblesse sur une dame de 85 ans.

C'est par un décret pris le 19 juillet 2021 que le chef de l'Etat a mis à la retraite d'office Frédéric Angleviel. Une décision qui ne fait qu’entériner un jugement de la section disciplinaire de l’Université de la Nouvelle-Calédonie. Ses pairs ont estimé qu’un professeur d’université se devait d’être exemplaire, y compris dans sa vie privée.

Abus de faiblesse sur une dame agée atteinte d'Alzheimer

Or, en 2019, Frédéric Angleviel a été condamné dans le cadre d'une CRPC (Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité), à trois mois de prison avec sursis dans une affaire d’abus de faiblesse. Ce fonctionnaire d’Etat avait servi d’intermédiaire pour détourner 11 millions de francs CFP à une vieille dame de 85 ans,  en phase débutante d’Alzheimer.

Un parcours marqué par de nombreuses affaires judiciaires

Si le professeur d’histoire a fait appel de la décision prise par l’UNC, d’autres affaires le précèdent. En 2007 déjà, il se livre à des ébats dans les locaux du campus de Magenta. Des photos compromettantes avec une inconnue déguisée en collégienne lui valent une première révocation de l’université. A Paris, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche ramène finalement la sanction à cinq ans d’exclusion.
Puis en 2009, cet historien décoré des palmes académiques est condamné à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel. On lui reproche d’avoir envoyé des images pornographiques de mineurs.
Là encore, l’UNC se prononce pour sa radiation, mais à Paris, une nouvelle fois, la sanction est commuée en cinq ans d’exclusion. Après un long feuilleton judiciaire et administratif, Frédéric Angleviel se retrouve donc à la retraite, malgré lui, à 60 ans tout rond, alors qu’il n’avait plus enseigné à l’université depuis bientôt 14 ans.

Contacté, Frédéric Angleviel n’a pas souhaité commenter sa mise à la retraite d’office.