La future patronne d'Eramet a rencontré les personnels et syndicats de la SLN

nickel
Photo Syndicats attendent Bories Doniambo (14 avril 2017)
Les syndicats de la SLN ont tenu le comité d'accueil qu'ils avaient de nouveau promis pour ce vendredi, à Doniambo. ©NC1ère (José Solia)
La prochaine PDG du groupe Eramet termine sa mission d'observation en Nouvelle-Calédonie. A Doniambo ce vendredi matin pour un comité central d'entreprise, Christel Bories a rencontré les représentants des personnels et des partenaires sociaux. Un dialogue qui, de l'avis général, a été constructif. 
L’heure était à la rencontre, ce matin, à Doniambo. La directrice générale déléguée d’Eramet s’est présentée aux personnels et aux partenaires sociaux de la SLN, lors d’un comité central d’entreprise.

Grandes lignes et entretiens

Nommée en février, Christel Bories doit succéder officiellement à Patrick Buffet le 23 mai, comme président directeur général. Ce vendredi 14 avril, elle a décrit les grandes lignes de son action à venir. Notamment le plan de performance qui envisage pour la SLN une réduction de 300 postes sur trois ans, et génère quelques craintes chez les syndicats.

Volonté de dialogue

La future PDG est ressortie satisfaite des entretiens avec les partenaires sociaux, et entend poursuivre avec eux la discussion entamée aujourd'hui. « La situation du nickel est compliquée, la situation de la SLN est compliquée actuellement. Mais les équipes, collectivement, font un gros travail pour améliorer les choses, pour retrouver de la compétitivité », a estimé Christel Bories.

« Pas le monopole des bonnes idées  »

«Nous sommes conscients que nous n’avons pas le monopole des bonnes idées et que la solution viendra d’un dialogue constructif entre les deux parties », a-t-elle poursuivi, avant d'ajouter : « J’ai trouvé un accueil très responsable, de gens qui se rendent compte de la situation et qui se rendent compte que tout le monde doit faire des efforts. »

«Sa vision nous convient »

Même son de cloche chez les partenaires sociaux, dont les organisations ont eu chacune un entretien de vingt minutes avec Christel Bories, une fois le comité d’entreprise terminé. Le secrétaire général du Soenc Nickel espère réussir à travailler dans la durée avec la future PDG. « Elle a dit trois mots forts, énumère Eddy Coulon : la sécurité, la qualité et la performance. Après, elle est rentrée dans les détails et sa vision nous convient. D’après la première analyse, elle est là pour nous soutenir. Son objectif premier, ce n'est pas la baisse d'effectifs mais que la performance soit au rendez-vous. C’est déjà quelque chose qui nous réconforte, ce n’était pas la vision de M. Buffet. »

Appel à reprendre le travail

La CSTNC, qui avait lancé un préavis de grève jeudi dernier, va pour sa part appeler l’ensemble de ses adhérents à reprendre le travail mardi. Son secrétaire général adjoint résume le contenu des échanges avec Christel Bories. « Le premier contact avec elle, c’était les sujets forts au niveau de la SLN : la centrale électrique, l’emploi local, prendre en compte les spécificités de chaque site minier..., énumère Arnold Delrieu. Notre message consistait à dire que si la SLN veut faire toute seule, ça ne va pas marcher. On est d’accord pour participer. Quelques réorganisations vont déboucher sur quelques suppressions d’emploi, mais pas autant qu’aujourd’hui. [Mme Bories] est venue avec un cadre bien précis : le plan de performance, et puis on va voir les choses après. » 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live