Gilles Tavergeux préside la fédération calédonienne de football

football
Gilles Tavergeux élu président de la fédération de football
Au centre de la photo, Gilles Tavergeux, nouveau président de la fédération de football. ©Martin Charmasson / NC la 1ere
Gilles Tavergeux a été élu ce week-end président de la Fédération. Il succède à Steeve Laigle. Ancien gardien, devenu dirigeant de club, arbitre, puis vice-président de la fédération, ce passionné affirme que sa victoire est un juste retour des choses.
Gilles Tavergeux devient le nouveau président de la fédération calédonienne de football, succédant à Steeve Laigle. Il a été élu samedi matin dans un hôtel de Nouméa en obtenant onze voix sur dix-neuf, contre huit au dirigeant sortant. Les votants étant des délégués représentant les clubs de super ligue et les comités provinciaux.

Gilles Tavergeux a décrit ses ambitions à Martin Charmasson et Christian Favennec :

Gilles Tavergeux, président de la FCF

Le nouveau conseil fédéral qui a été désigné est en place pour quatre ans. A noter que Noam Tein, candidat lui aussi, s’est retiré avant le scrutin.
 

Une longue histoire dans le football

Gilles Tavergeux, c’est d’abord l’histoire d’un gardien de but. Il débute à l’Espoir Sportif de Nouméa où son père est vice-président, puis rejoint Lössi. Mais c'est avec le CA Saint-Louis qu'il va glaner de nombreux trophées. Décisif dans les cages, il donne tout pour gagner, comme lors de cette finale de Coupe de Calédonie 1997 contre Gaïtcha. Il réalise un arrêt incroyable avant de marquer lui-même le tir au but décisif d'un contre-pied plein de sang-froid. Des qualités qui lui ont également valu de porter les couleurs de la sélection calédonienne. 
Passionné, il fonde par la suite l’AS Mont-Dore qui va connaître ses heures de gloire chez les seniors entre 2002 et 2011. Son club mise sur la jeunesse, à la fois dans ses catégories, et au travers de tournois organisés à Boulari. Le personnage aime les responsabilités et diriger. Il va même devenir l'un des arbitres officiels de l'ASMD.
Décidé à défendre les cages du ballon rond calédonien, il vise encore plus haut, et devient vice-président délégué de la fédération calédonienne entre 2007 et 2011.
 

Une ambition majeure

Samedi dernier, il a cette fois hérité des manettes en succédant à Steeve Laigle au poste de président. En affichant une ambition majeure :
« C’est surtout de faire jouer un maximum d’enfants. Moi, déjà, en tant que président de club, j’avais remarqué qu’on démarrait trop tard les championnats. Cela était dû déjà à la délivrance des licences. Après, il y a le problème des terrains. Il faut aller voir les communes pour qu’on puisse utiliser le plus tôt les terrains. Il faut que les trois provinces soient associées à ce grand projet et les assises du football vont nous permettre de le faire ». 
 

Pour un consensus entre tous les acteurs 

Pour la jeunesse, il faudra faire aussi bien que l’équipe du président sortant, qui a qualifié les moins de 17 ans pour un Mondial, lancé un championnat moins de 18 ans, et programmé celui des moins 15 ans. Gilles Tavergeux le sait, mais il ne s'arrête pas seulement aux résultats. Pour lui, l'organisation des championnats, comme celle des sélections, doit faire l'objet d'un consensus entre les différents acteurs du football local :
« Les sélections aussi, c’est la vitrine du football calédonien. Là aussi, il faudra la redorer, mais pour cela, ça passe par ces assises du football. Qu’est ce qu’on veut faire ? Est-ce qu’on veut que ce soit le foot à onze qui soit plus pris en compte que le foot féminin ou le futsal ? Donc, il faudra faire ces assises pour que les trois comités soient vraiment associés pour qu’on trouve le juste milieu et que tout le monde puisse s’épanouir dans le football ». 
 
La cohésion avant tout, pour celui qui a été suspendu huit mois par la fédération pour ses contestations permanentes. Gilles Tavergeux a du caractère. C’est aussi pour cela que la majorité des présidents de Super Ligue soutiennent cet homme qui a grandi à Montravel, et qui affiche 34 ans de carrière à la police nationale. Il a été fait chevalier de la légion d'honneur pour ses services. 
 

Un budget conséquent 

Un homme qui se retrouve aujourd'hui à la tête d'une fédération dont le budget atteint les 285 millions CFP grâce aux subventions de la FIFA, de la confédération océanienne, et du gouvernement calédonien. Sa gestion financière sera scrutée. L'ancien président, Steeve Laigle, indique que les budgets sont fléchés sur des actions précises, et qu'ils sont désormais l'objet de contrôles réguliers et pointus par des cabinets désignés par la fédération internationale.
Le portrait et les ambitions de Gilles Tavergeux avec Martin Charmasson et Christian Favennec 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live