nouvelle calédonie
info locale

Le gouvernement booste l'agri-énergie

gouvernement de nouvelle-calédonie
Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie
©NC 1ère
Combiner agriculture et énergie renouvelable, c’est possible grâce au concept agri-énergie. Concept qui deviendra réalité dans quelques mois à Farino. Le montage financier vient d’être bouclé, avec notamment, un avantage fiscal accordé hier par le gouvernement.
Cultiver ses légumes sous des serres photovoltaïques, c’est le défi que s’est lancé Jean-Christophe Niautou. L’agriculteur de Farino installera d’ici peu 17 serres agricoles sur son terrain. Elles devraient produire 1,7 mega watt crête, l’équivalent de la consommation électrique de 900 foyers, c’est bien plus que ce que compte Farino.

Des serres résistantes aux cyclones

L’avantage : ce concept est adapté au climat calédonien précise Jean-Christophe Niautou: "chaque année, lorsqu'on passe à la saison cyclonique, on a vraiment la crainte de tout perdre... L'avantage de ce type de serres, c'est qu'elles sont résistantes aux cyclones"... C’est donc un pas de plus vers l’autonomie alimentaire et vers la transition énergétique voulue par la Nouvelle-Calédonie. Autour de ce projet : l’agriculteur, les sociétés Fokola, Akuo Energy et Enercal, qui rachètera l’énergie produite au prix de 20Frs. Coût de l’investissement : 837 millions de francs.

"L'énergie du XXIè siècle"

Le gouvernement vient d’accorder à ce projet un avantage fiscal de 280 millions CFP: "ça fait partie de l'énergie du futur, et donc on est tout à fait à même de soutenir ce genre de projet pour l'agriculture et l'énergie du XXIème siècle", affirme Nicolas Metzdorf, porte-parole de l’exécutif. L’une des plus petites communes du territoire ouvre la voie à des projets innovants. Farino espère qu’il fera des émules en Calédonie mais aussi à l’échelle de la région. Mise en service de la ferme prévue en août 2018.

Ecoutez le reportage de Malia Noukouan



Le gouvernement a également accordé une subvention de 100 millions de francs aux trois directions de l’enseignement privé. Une subvention prévue mais qui n’avait pu être versée plus tôt compte tenu de la crise au gouvernement.