nouvelle calédonie
info locale

Greenpeace veut recruter en Nouvelle-Calédonie

écologie
Greenpeace
©Alix Madec
Depuis près de trois semaines, deux militants de l'ONG internationale de protection de l'environnement sillonnent la Calédonie à l'occasion d'une campagne de sensibilisation et d'information. L'objectif: renseigner sur leurs opérations mais aussi et surtout récolter de nouveaux adhérents. 
Aller à la rencontre du public et l'interpeller sur des sujets environnementaux... la tâche peut s'avérer complexe et pourtant, pour les membres de l'association Greenpeace, cela semble être un jeu d'enfant. Pour Richard, militant de la première heure accoutumé à ces rencontres, cette première opération sur le territoire est une aubaine. Afin de sensibiliser sur des questions cruciales.
« On a peut-être l’intention dans le futur de protéger la parc corallien parce qu’aujourd’hui, il y a une grande urgence là-dessus. Après, la Nouvelle-Calédonie, c’est entouré d’eau, donc bien évidemment la protection des océans, des baleines… On sait que les Japonais ont repris la pêche, on va tout faire pour essayer d’inverser le processus mais il est bien évident qu’avec la voix des gens on a beaucoup plus de réussite que sans. Si on est dix ou si on est trois millions, effectivement il n’y a pas le même impact ».
Greenpeace
©Alix Madec


Les Calédoniens séduits

Protection en haute-mer, encadrement du parc naturel de la mer de corail, les thématiques liées au territoire sont nombreuses. Et les combats portés par l'ONG pour le moins nécessaires selon les Calédoniens.
« Il faut préserver pour nos enfants, pour l’avenir. C’est nécessaire » confirme cette calédonienne approchée par les militants. 
Une opération de séduction qui a réuni pour l'heure près de 310 nouveaux membres locaux. 
Greenpeace
©Alix Madec


Travailler avec les associations locales

L'objectif n’étant pas de remplacer les associations locales mais bel et bien de travailler de concert avec elles. 
« Il faut leur apporter un soutien, il faut qu’on puisse communiquer, il faut que les pouvoirs publics apportent une réponse à ces problématiques » martèle Antonin Vuillet, militant de l'association Greenpeace. « L’idée, c’est que seul, on ne peut pas faire grand chose. Il faut se rassembler, arriver à communiquer entre nous, et il faut mettre la pression sur les pouvoirs publics, sur les pouvoirs économiques, c’est le seul moyen de faire changer les choses ». 
Leur périple se poursuivra sur les îles puisqu'ils se rendront à Lifou la semaine prochaine et continueront leurs déplacements sur Nouméa. A terme, c'est une antenne calédonienne de Greenpeace qui pourrait voir le jour, si l'engagement des populations locales s'avère pérenne.

Les précisions d’Antonin Vuillet, militant de l'association Greenpeace, au micro d’Alix Madec 

Greenpeace itw Vuillet

Publicité