publicité

La grève se poursuit sur les centres miniers de la SLN

Depuis le 3 janvier, un mouvement de grève lancé par la CSTNC et l’USTKE se poursuit sur les sites SLN de Thio, Népoui et de Tiébaghi. 
Ils protestent contre le passage au régime horaire de 147 heures. Ce matin, ils se sont réunis en assemblée générale à Thio. 

  • Lorelei Aubry avec Nadine Goapana
  • Publié le , mis à jour le
Une centaine de grévistes s'est réunie ce matin à Thio, rejoint par une délégation de Népoui et de Tiébaghi.
 

147h par mois: un rythme de travail intenable

Ils ont réaffirmés leurs volontés de poursuivre le mouvement de grève. Et ils restent fermement opposés au passage de 147 heures de travail par mois sur mine soit un volume d'activité de 10h30 en continu, par poste et par jour.
Elvis Lucas, porte parole des grévistes
Elvis Lucas répondait à Loreleï Aubry et Cédric Michaut.

 

Des centres miniers en accès libre 

Alors que l’avenir de la SLN est plus que jamais compromis en cette période de faibles productivités, les grévistes ont avancé des propositions de sortie de crise. Notamment un retour à l’ancien régime de 120 h par mois validé par la direction en mai dernier, et qui ne les ferait pas travailler au-delà de minuit. Des propositions rejetées, indiquent les grévistes, ajoutant que la direction refuse également l'intervention d'un médiateur dans ce conflit.  

Arnold Delrieu, secrétaire général  adjoint du CSTNC répond à Loreleï Aubry et Cédric Michaut

« On rappelle à la direction, on leur demande depuis le départ de respecter les accords d’établissement qu’on a signé, chaque délégué syndical avec le site minier pour l’augmentation du temps de travail à 120h . Donc depuis le départ nous n’avons jamais refusé d’augmenter le temps de travail sauf que par la suite ils ont signé un accord 147h avec d’autres syndicats »

 
Arnold Delrieu, secrétaire général adjoint CSTNC

A Nouméa, Doniambo se tiendra demain, vendredi, une nouvelle réunion de négociations entre la direction et l’ensemble des syndicats dans une ambiance d’ores et déjà annoncée comme électrique.

Sur sa page, la Société Le Nickel explique sa position.
© Capture écran
© Capture écran
 

 


 

Sur le même thème

  • nickel

    La SLN a baissé la puissance de ses fours

    Depuis lundi, faute d'avoir assez de minerais à brûler, la puissance des trois fours de la SLN à Doniambo est orientée à la baisse. Une façon de répondre à la diminution des stocks présents à Nouméa, et au manque d'approvisionnement pour cause de grève dans les centres miniers en Brousse.

  • nickel

    De Londres à Shanghai, le nickel consolide dans l'attente de jours meilleurs

    Les cours du nickel restent soutenus par les espoirs commerciaux américains et chinois mais aussi par la baisse importante des stocks mondiaux. Les marchés de Londres et de Shanghai sont prudents dans l’attente d’un éventuel accord entre les deux superpuissances.
    12 Janvier
  • nickel

    Nickel : Les stocks mondiaux baissent

    Le nickel a connu un bon début d’année. Son positionnement actuel laisse penser que les prix peuvent remonter, même si cela dépendra en grande partie des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis et de leur impact sur le sentiment  des investisseurs vis-à-vis du métal.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play