Hausse des prix au 1er janvier, pièce d’identité à l’achat, vapotage interdit dans les lieux publics... les fumeurs calédoniens visés par plusieurs mesures

consommation
61c9680d14c94_265285999-1346270869138425-8852291450178093749-n.jpeg
Durant la séance du 27 décembre 2021 au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. ©Nathan Poaouteta / NC la 1 ère
En Nouvelle-Calédonie, il faudra désormais présenter une pièce d’identité pour acheter des cigarettes ou des produits de vapotage. Une décision adoptée ce lundi après-midi par le Congrès, qui a voté la forte augmentation des tarifs du tabac, l’interdiction de vapoter dans les lieux publics ou les transports, et celle de vendre des cigarettes électroniques aux mineurs.

C’est la surprise du jour. Réuni pour examiner différents textes, notamment autour des cigarettes, le Congrès a accepté de "rendre obligatoire et systématique la présentation d’une pièce d’identité pour toute personne, quel que soit son âge, qui souhaite acheter du tabac ou des produits de vapotage"

Amendement

La mesure a été introduite par un amendement que trois élus ont déposé en cours de séance, ce lundi 27 décembre : Milakulo Tukumuli, Veylma Falaeo et Maria-Isabella Saliga-Lutovika (groupe UC-FLNKS et Nationalistes avec l'Eveil océanien). L’idée : obliger les commerçants à vérifier, comme c’est le cas pour l’alcool, que les clients ont bien l’âge requis pour acheter des cigarettes ou des produits de vapotage. A savoir dix-huit ans !

Produits de tabac à part entière

Par ailleurs, ces produits de vapotage, e-liquides et cigarettes électroniques sont désormais considérés comme des produits de tabac à part entière. Il est donc interdit de les utiliser dans les lieux publics et les transports.

Désaccord 

Le texte a été voté à l’unanimité. Ce n’est pas le cas de celui sur la hausse des prix du tabac. Dans l’hémicycle, personne n’a contesté la nécessité de lutter contre le tabagisme. En revanche, la destination du produit supplémentaire de la taxe a été critiquée par Philippe Blaise. Près de trois milliards CFP seraient en effet destiné à l’Agence sanitaire et sociale pour ses actions de prévention. Mais que sait-on du détail ? Rien, regrette le membre de l’Avenir en confiance, qui s’est donc opposé au texte.

Un autre argument du groupe AEC, pour justifier son vote, a été avancé par Virginie Ruffenach : le texte introduit une taxe supplémentaire qui pèsera sur le budget des Calédoniens, sans pour autant avoir de conséquence sur la consommation de tabac. En effet, la cigarette électronique n’est pas taxée. Résultat, estime la présidente de groupe, les fumeurs vont se reporter vers le vapotage et le bénéfice sera nul en termes de santé publique.

32 pour, 17 contre

Un point de vue qui n’a pas été partagé par l’ensemble des conseillers puisque le texte a été adopté par 32 voix pour, face à 17 contre. Le prix des cigarettes augmentera bien de 10%, dès le 1er janvier 2022.

Voyez aussi le compte-rendu d'Isabelle Braouet et Nathan Poaouteta :

©nouvellecaledonie