Mondial des clubs : Hienghène Sport, l'histoire retracée

sportncla1ère
Hienghène Sport a tout raflé cette saison : O'League, coupe et championnat de Calédonie.
Hienghène Sport a tout raflé cette saison : O'League, coupe et championnat de Calédonie. ©Alain Vartane
Invité surprise du mondial des clubs FIFA, le champion d'Océanie a mis fin à l'ultra-domination anglo-saxonne dans la région et n'a laissé aucune miette de trophées en Nouvelle-Calédonie. Un aboutissement après plus d'une décennie de montée en puissance et soixante ans de passion.

Les origines, en rouge et noir (1960-1996)


Martin Hyaleyap, aujourd'hui membre du bureau, a été l'un des acteurs de l'évolution de Hienghène Sport. Ancien premier vice-président de la ligue calédoniennne de football, et président de la commission des sports de la mairie de Hienghène, il a contribué à rassembler les meilleurs joueurs d'une commune abritant vingt-deux tribus, entre le bord de mer et les flancs de montagne, dans les années 90. Souvenirs :

" Bwaoua Lévy a fondé Hienghène Sport dans les années soixante. Un club totalement différent d'aujourd'hui, ouvert aux personnes simplement intéressées par le football, quelque soit leur niveau. Il y avait peu d'équipes dans la commune, mis à part Ouaré Sport, et Garuda, composé principalement d'Indonésiens. Les joueurs évoluaient en rouge et noir "


Jusqu'en 1984, un grand nombre de tribus crée des équipes : la Jeunesse sportive Embouchure, présidée par Léoné Nigaï, rassemble des joueurs de Koulnoué et Lindéralique, Elie Houala s'occupe de Wetipo, Mwéaou Miwa, du CS Tendo, Ernest Kaï, du FC Ganem, et Méthode Poumalis, du RC Saint-Louis Pouébo. Le championnat prend de la consistance, mais souffre des sanctions liées au manque d'équipes de jeunes et d'arbitres.
 

Une véritable identité, en bleu et blanc (1996-2008)

 

" Lors d'un conseil de la ligue à la Foa, j'ai proposé qu'on s'inspire du modèle tahitien pour créer des clubs communaux et éviter les sanctions. A Hienghène, j'ai choisi Henri Nahiet et Michel Tidjitte pour qu'ils deviennent animateurs communaux rémunérés. Ils ont organisé un championnat en 1996 et supervisé les meilleurs talents. A la fin de l'année, une trentaine de joueurs étaient identifiés pour constituer Hienghène Sport "

 

Martin Hyaleyap devant l'annonce de la diffusion du barrage du mondial des clubs, auquel va participer son club de coeur.
Martin Hyaleyap devant l'annonce de la diffusion du barrage du mondial des clubs, auquel va participer son club de coeur. ©M.C


L'équipe démarre en deuxième division du district nord-est qui s'étend de Pouébo jusqu'à Ponérihouen, et se qualifie pour la Coupe de Calédonie 1997. Elle récupère les anciennes tenues de Ouaré Sport, en bleu et blanc. Sous ces couleurs, elle pénètre sur la pelouse du stade Numa Daly, à Nouméa. C'est son premier déplacement en dehors de Hienghène.

" C'était un 8e de finale et je m'en souviens très bien. Tous nos joueurs arboraient une coupe de cheveux rasta ! On jouait Magenta pour notre premier match en nocturne. Je crois que nous avions perdu par trois ou quatre buts d'écart " Martin Hyaleyap


L'année suivante, le club accède à la première division de district et devient champion. En 1999, il monte en division provinciale nord et ne cesse de progresser jusqu'à rejoindre, tardivement, l'élite territoriale en 2008. 
 

Ascension dans l'élite (2008-2013)


A l’époque de sa montée au plus haut niveau local, deux éléments-clé sont là. La ferveur du public dans les tribunes, et Bertrand Kaï, premier à sortir des vestiaires. L'ancien attaquant d'Auteuil sera le fer de lance d’une décennie de succès. L'arrivée à la présidence de Jean-Pierre Djaïwé, ancien capitaine de Ouaré Sport, enseignant devenu homme politique respecté, contribue aussi à structurer le projet. L'idée qu'il a toujours défendu ? Dépasser l'ambition purement footballistique.

" Notre fierté, c'était de pouvoir, à travers le sport, construire des personnes. Permettre aux joueurs de devenir des hommes respectables avec de la rigueur, de l'implication. Faire comprendre que grandir dans le football et sa vie d'homme est le fruit d'un travail quotidien "


En 2012, le groupe accroche la deuxième place du championnat et, l'année suivante, s'offre un premier trophée : une victoire en finale de la Coupe de Calédonie face à Qanono. Le buteur maison marque le premier, imité par Roy Kayara et Fabiano Dahité. La machine est lancée. Elle puise une partie de sa force dans son identité. Beaucoup de joueurs sont issus des mêmes tribus, comme Ganem ou Tanghène, et sont liés familialement. Frères et cousins jouent ensemble, soudés.

©nouvellecaledonie


Les premières Coupe de France, et un nouvel homme fort (2013-2016)


Le succès offre à Hienghène une chance de découvrir la Coupe de France. Premier voyage en métropole en 2013 pour l'équipe, et court revers face à Poissy (1-2), adversaire de CFA2, malgré la belle égalisation de Fabiano Dahité. Elle goûte à nouveau à l’épreuve trois ans plus tard après son succès en Coupe de Calédonie contre le Mont-Dore. L'expérience est écourtée cette fois par Epernay (2-3) au terme d'un match controversé marqué par deux expulsions injustes.

En championnat, les joueurs sont à nouveau deuxièmes en 2013 et 2015. L'arrivée sur le banc de Félix Tagawa, respecté pour son passé de buteur prolifique à Tahiti et son expérience semi-professionnelle en Australie, donne un véritable boost. Homme du nord, originaire de Baco, il gagne rapidement le respect.

L'entraîneur de Hienghène, Félix Tagawa
L'entraîneur de Hienghène, Félix Tagawa ©OFC


Hienghène monte d'un cran (2017-2019)


En 2017, Hienghène devient champion de Calédonie et met fin à la domination de Magenta et du Mont-Dore sur la première division. Le club gagne le droit de jouer pour la première fois la ligue des champions d’Océanie et d'accueillir les matchs de son groupe à Koné, preuve du respect gagné auprès de la confédération océanienne. Sur le terrain, il ne parvient toutefois pas à sortir de la phase de poule où les Néo-Zélandais de Team Wellington, notamment, lui barre la route (1-3).

Deux ans plus tard, nouvelle participation dans cette épreuve qui n’a jamais souri aux Calédoniens. Magenta s'est hissé en finale en 2005, puis a chuté en demi-finale à deux reprises. Gaïtcha avait connu le même sort, quelques années plus tôt. Depuis 1987, les champions ont toujours été Australiens ou Néo-zélandais, à l'exception des Papous d'Hekari en 2010. Le groupe de Bertrand Kaï doit franchir un nouveau cap. Il est temps d'élargir le champ géographique des recrues pour chercher ce qui se fait de mieux sur le territoire, dans toutes les lignes.
Côté gestion des troupes, le coach Tagawa continue de distiller dans les esprit sa vision professionnelle du football :

" J'ai beaucoup insisté sur l'hygiène, sur la vie de compétiteur. Comment éviter les blessures, ou les soigner rapidement lorsqu'elles surviennent, et faire attention à ne pas les répéter. C'est du détail en permanence. J'ai exigé le repos les veilles de match. Dans l'équipe, les leaders se font entendre et relaient des messages. Depuis mon arrivée, j'ai aussi beaucoup travaillé sur l'analyse des adversaires, aller voir leurs matchs. Le niveau évolue chaque année, et on doit s'adapter. Mais notre force, c'est qu'on est capable de se parler, de prendre le temps de la réflexion, et de faire le bilan tous ensemble pour progresser ".

 

Les Maréens d'Horizon Patho et de Tiga Sport, le stoppeur Emile Béaruné et le buteur Amy Roïné, arrivent. Ils sont tous deux internationaux calédoniens. Le premier est une valeur sûre en défense. Le second était le meilleur buteur de la première division calédonienne la saison précédente.
Ils sont rejoints par le milieu d'Ouvéa, Jo Athalé, en provenance de Magenta, l'autre cador du championnat. Trois iliens viennent rejoindre le gardien Rocky Nyikéïne, originaire de Lifou. Le club de la côte Est prend une dimension pays. 

L'équipe de Hienghène cette saison. Roy Kayara (debout, premier à gauche) et Cédric Sansot (4e en partant de la gauche, debout) ont été deux recrues-clé d'une saison parfaite.
L'équipe de Hienghène cette saison. Roy Kayara (debout, premier à gauche) et Cédric Sansot (4e en partant de la gauche) ont été deux recrues-clé d'une saison parfaite. ©Alain Vartane


Durant l'intersaison, le défenseur Roy Kayara, formé au club, est lui rapatrié après être devenu le premier calédonien à remporter cette fameuse ligue des champions d'Océanie en 2018 avec Team Wellington. Il a en prime été désigné meilleur joueur du tournoi, ce qui n'était jamais arrivé à un joueur du Caillou. Le milieu défensif de la sélection calédonienne et de Magenta, Cédric Sansot, est également signé. Il a cédé au pouvoir d'attraction de Hienghène Sport :

" Je dirais que c'est l'esprit du Nord qui anime cette équipe. Un esprit particulier entre les joueurs qu'on ne trouve pas ailleurs. Je voulais aussi sentir la ferveur autour de l'équipe. Ici, il y a un vrai public qui pousse derrière nous " témoigne cette véritable tour de contrôle sur la pelouse, un grand gaillard originaire de Houaïlou, ingénieur à l'usine du nord. 

 

Un triplé d'anthologie


Hienghène est "équipé"' pour bien faire, mais sa réalité est loin d'être évidente. Une partie de l'effectif s'entraîne sous la direction de Félix Tagawa dans la commune de la côte Est, où certains résident et travaillent comme pompiers ou en milieu scolaire. D'autres joueurs exercent à Nouméa, cinq heures de route plus loin, et sont donc contraints de fonctionner à part, encadrés par Jules Wakanumuné, un ancien éducateur du FC Dumbéa.

" Félix établit un plan de préparation de l'équipe pour la semaine, et chacun de nous l'applique dans ses entraînements. Une fois terminés, on s'appelle pour faire le point sur ce qui a marché et les points à corriger. Quand on joue sur Nouméa, au stade Numa Daly, on parvient à faire un entraînement collectif le vendredi soir. Idem quand on reçoit à Hienghène " 


Compliqué sur le papier, et pourtant. Dès le début de saison, l'équipe s'illustre en ligue des champions d'Océanie, pour sa deuxième participation. Jouant une nouvelle fois à domicile, elle domine le champion vanuatais, Malampa (5-0), bat les Tahitiens de Tefana (1-0), puis obtient le nul contre les Papous de Lae (1-1), pour prendre la direction des quarts de finale. Une première.
Dans le tableau final, un tirage au sort favorable lui permet de jouer toute la compétition en Nouvelle-Calédonie. Un signe du destin. Les fidjiens de Ba sont battus en quarts (2-1), puis les Néo-Zélandais de Team Wellington dans le dernier carré. Un authentique exploit à Nouméa contre les tenants du titre et triple finaliste. Ils butent sur le poteau et le gardien en première mi-temps, avant de céder en seconde période. Geordy Gony et Brice Dahité, deux enfants de Hienghène des tribus de Wetipo et Ouaré, envoient leurs coéquipiers sur la dernière marche.

Geordy Gony ouvre le score contre Team Wellington. La première pierre d'un exploit en O'League.
Geordy Gony ouvre le score contre Team Wellington. La première pierre d'un exploit en O'League. ©Alain Vartane


Vient alors une finale 100% calédonienne, inédite, contre Magenta, tombeur d’Auckland City. Dans un stade Numa Daly effervescent, grâce à un lob déclenché au-delà du milieu de terrain par Amy Roïné, une victoire historique est acquise par Hienghène, tout autant que la qualification pour le Mondial des clubs. Un rêve se concrétise. Le club est assuré d'être le premier représentant calédonien, et même français, à figurer dans le casting de l'épreuve organisée depuis 2000 par la FIFA. Un tournoi qui rassemble les vainqueurs des ligues des champions dans les zones Amériques, Europe, Afrique, Asie et Océanie, ainsi que le club champion du pays hôte.


Hyehen s'est par la suite octroyé un nouveau titre de champion territorial et la Coupe de Calédonie. Malgré une nouvelle déaite en Coupe de France, dans les dix dernières minutes face à Vauban Strasbourg, cette saison 2019 restera à jamais dans les mémoires, en attendant, qui sait, peut-être de nouveaux exploits.