publicité

Hippisme : les nouveautés à l'honneur à Boulouparis

Pour la première réunion de la saison, un drone a suivi toutes les courses. Il servira à améliorer le jugement des résultats tout au long de l'année. Côté victoires, les transferts de jockeys sont déjà payants. 

Le prix Dunstan a été remporté par Anthony Di Palma sur Skirting © N.Fasquel
© N.Fasquel Le prix Dunstan a été remporté par Anthony Di Palma sur Skirting
  • Par Martin Charmasson
  • Publié le

Di Palma et Van Der Hoven frappent d'entrée


Le premier a changé d'écurie pour vivre une nouvelle expérience. Anthony Di Palma n'a pas couru pour celle de Sarraméa ce samedi 20 avril sur l'hippodrome Devaud-Mercier. Il représentait Nadir Boufenèche et l'écurie de Nessadiou.
 

" Je suis quand même resté cinq ans là-bas. Après, comme un footballeur, il y a des moments où on se pose un peu des questions. On se dit qu'il est peut-être temps de partir, aussi bien le jockey que l'entraîneur. Mon patron m'a dit qu'il réfléchissait et m'a proposé de le faire aussi. Finalement, Nadir m'a demandé et je suis parti "

Le jockey Anthony Di Palma © N.Fasquel
© N.Fasquel Le jockey Anthony Di Palma
Un transfert qui commence par un premier résultat positif dès l'entame de la saison lors du prix Dunstan. La Cravache d'or 2017 l'a emporté sur une jument australienne, Skirting, devant Light Years Ahead et China Town au terme des 1400 mètres de course. 
 

" Je devais prendre un bon départ. J'ai pu me caler sur un autre cheval quasiment tout au long de la course, après quand j'ai demandé à ma jument d'accélérer elle a bien répondu et elle a fait une belle course de rentrée "
Anthony Di Palma


Eric Van Der Hoven a lui aussi soigné sa rentrée. Engagé par Serge Colomina, le Sud-Africain a mené Black Leighal à un joli succès lors des 1090 mètres du Prix de Bouraké. 
Van Der Hoven s'impose dans le Prix de Bouraké © N.Fasquel
© N.Fasquel Van Der Hoven s'impose dans le Prix de Bouraké

Un drone pour éviter les désaccords


D'un point de vue réglementaire, la nouveauté était visible à Boulouparis. Certains spectateurs se sont peut-être demandés quel était ce drôle d'engin qui suivait les chevaux à vitesse grand V. Les drones font leur apparition dans les courses hippiques calédoniennes. Ils vont servir à compléter le dispositif classique composé de caméras fixes placées à différents endroits, et du matériel de photo-finish.
La photo finish © NC La 1ère
© NC La 1ère La photo finish
Une caméra fixe est placée en tribune pour juger l'arrivée © N.Fasquel
© N.Fasquel Une caméra fixe est placée en tribune pour juger l'arrivée
 

" Le but c'est de profiter d'un maximum d'angles de vue pour juger les contacts éventuels entre concurrents, et déterminer si les mouvements sont intentionnels ou naturels. C'est ce que nous regardons quand nous devons valider un résultat "  explique une commissaire.


A Boulouparis, son utilisation a déjà séduit Didier Latoupie, lui aussi commissaire. Elle a permis dès la première réunion de la saison de trancher des décisions.

Reportage ci-dessous : images de Nicolas Fasquel et montage de Jeffrey Fuller :
OUVERTURE SAISON HIPPIQUE BOULOUPARIS


 

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play