nouvelle calédonie
info locale

Incidents à répétition envers les forces de l'ordre

faits divers
gendarmerie
Photo d'illustration. ©NC 1ère
Bilan de week-end inquiétant. Les forces de l'ordre en Nouvelle-Calédonie ont été prises pour cible à Thio vendredi, à Houaïlou et Nouméa samedi, à Canala dimanche. Un homme est en fuite. Un autre comparaîta demain: il a blessé un gendarme en fonçant avec un pick-up.

Un gendarme percuté

Un gendarme a été blessé lors d’un contrôle routier, a signalé aujourd'hui le procureur de la République. Alexis Bouroz précisant que ça s'est passé samedi matin, à Houaïlou, à la sortie de la tribu de Néouyo.
A 8h45, les militaires voulaient intercepter un utilitaire Citroën dont le conducteur  avait refusé d’obtempérer quelques minutes plus tôt. «Se trouvant déjà positionnés au niveau de la chaussée, relate le procureur, [ils] procédaient instantanément aux gestes réglementaires et sommations de s’arrêter. Dans le même instant, le conducteur dudit véhicule accélérait vivement et délibérément sur leur position, tentant de percuter le gendarme se trouvant face à lui.»

Le conducteur voulait «faire peur»

La victime a sauté pour esquiver le pare-choc. Mais elle a heurté l’aile et le pare-brise avant d’être projetée dans le fossé. Le gendarme, soigné au dispensaire, a eu deux jours d'interruption temporaire de travail.
Le conducteur, âgé de 23 ans, a été interpellé quelques heures plus tard. Il n’avait pas bu mais conduisait sans permis. Il a expliqué lors de sa garde à vue avoir donné un coup de volant pour «faire peur au gendarme». Il sera jugé ce mardi matin en comparution immédiate.

Barrage forcé, tir de gendarme

Un autre épisode délicat du week-end s'est produit vendredi soir, à 22h40. «Les militaires de la gendarmerie ont été contraints de faire usage d’une arme à une reprise», a expliqué le même procureur de la République, «à l’occasion d’une délicate opération menée à Thio pour intercepter un véhicule volé». Un pick-up Isuzu qui a forcé le barrage mis en place par les gendarmes.

Rebelote avec le même pick-up​

La suite s'est passée dimanche à 6h15, dans la commune voisine de Canala. «Après plusieurs tentatives d’interception, le même véhicule […] est arrivé sur les militaires à vive allure», relate le procureur. La patrouille de gendarmerie prise pour cible «a dû faire usage à son tour à deux reprises des armes.» Le pick-up a été intercepté plus tard grâce à une herse. Pas le conducteur, qui a réussi à prendre la fuite à pied.
 

Agents, militaires et particuliers visés vers Saint-Quentin

On connaissait par aileurs le violent épisode survenu samedi matin à cheval sur les communes de Nouméa et du Mont-Dore. Une grande surface délestée de plusieurs bouteilles d'alcool. Le rassemblement alcoolisé de plusieurs dizaines de jeunes sur le terrain de football de Saint-Quentin. Les plaintes des riverains. Et à l'arrivée de la police nationale, un déluge de projectiles en tous genres.
Un scénario répété quand les agents reviennent avec le renfort de gendarmes et de policiers municipaux. Sans oublier les automobilistes caillassés à hauteur du Pont-des-Français. Concernant ces graves incidents, précise Alexis Bouroz, «de nombreuses auditions ont eu lieu par les services de police ce week-end à l'issue des mesures de dégrisement», prises à l'encontre d'une vingtaine de jeunes. L'enquête se poursuit. 

La police municipale de Nouméa sécurise RP1 Pont-des-Français (23 septembre 2017)
Les forces de l'ordre, ici la police municipale de Nouméa, sont restées mobilisées une partie de la matinée. ©NC 1ère / René Molé
 
Publicité