Innovation : des serres écologiques et bioclimatiques

agriculture
Serre de Mouirange. ©Cédric Michaut
Le 14 avril dernier, le gouvernement désignait les lauréats de la première édition de l'appel à projet "Tech for good by New Caledonia". Dans la catégorie export, le projet Agrinéa a été retenu pour sa création de serre écologique et bioclomatique. Découverte de cette innovation.

Le soleil est déjà haut dans la plaine de Mouirange, au Mont-Dore. La température ambiante atteint les 30 degrés celsius. Mais à l'intérieur de cette serre de 2 000 mètres carrés, on mesure entre 6 et 8 degrés de moins. Des conditions idéales pour la maraîchère Nathalie Kono, qui cultive 3 500 pieds de tomates hors sol : "la plupart du temps, ça se passe bien. Même quand il fait chaud dehors, nous, on est à l'aise à l'intérieur. Du coup c'est plus facile. Les cultures se sentent super bien aussi".

Dispositif innovant

A l'origine de cet air frais, un dispositif innovant : des panneaux d'eau positionnés sur les murs de la serre et des extracteurs d'air installés sur le toit, qui fonctionnent grâce à des panneaux photovoltaïques. Un système déclenché automatiquement en fonction de la température et du taux d'humidité mesurés dans la serre. "Le système en lui-même, c'est un cooling system. Cela s'apparente à une climatisation à l'intérieur de la serre qui ferait rentrer les masses d'air frais. Les extracteurs d'air qui sont placés au faitage de la serre permettent de chasser par le haut les masses d'air chaud de manière naturelle", explique Tony Despujols, lauréat de l'appel à projet "Tech for good by New Caledonia".

Après avoir remporté le prix export, initié par la French Tech et organisé par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Tony et Joël Despujols envisagent de rencontrer d'autres maraîchers : "pour essayer d'augmenter cette autosuffisance alimentaire dont on parle tant, je pense qu'une des options serait d'aider les maraîchers, les serristes, par le biais de subventions très ciblées. Pourquoi pas rénover les anciennes serres pour les convertir en serres Agrinéa ?", questionne Joël Despujols.

Car avec cette serre dite écologique et bioclimatique, les maraîchers peuvent compter sur une structure résistante aux intempéries. Ils utilisent aussi dix fois moins de pesticides qu'à l'accoutumée. Mais cet investissement est coûteux, puisqu'il est deux fois plus cher qu'une serre dite "standard".

Retrouvez le reportage vidéo de Natacha Lassauce-Cognard et Cédric Michaut :

SERRES ANTICYCLONIQUES EXPORT AGRILOGIC ©nouvellecaledonie