Interdiction et hommages après l'accident de château gonflable en Tasmanie

61bda58292599_268437605-6648996595173221-6660260197600966696-n.jpeg
Ce dessin a été largement partagé après le drame lié à l'envol d'un château gonflable le 16 décembre 2021, en Australie. ©Sam Mizzi
Les châteaux gonflables interdits dans les écoles de Tasmanie, après le drame qui s'est produit jeudi, à Devonport. L'un d'eux s'est envolé lors de la fête de fin d'année organisée dans une école primaire. Six enfants ont trouvé la mort.

C'est un cauchemar de parent d'élève, ou tout autre membre de la communauté éducative, qui a choqué bien au-delà de l'Australie. Mais il bouleverse en particulier la Tasmanie, où les activités du week-end ont été marquées à de multiples endroits par un moment de recueillement en mémoire des enfants morts jeudi 16 décembre, à Devonport, sur le littoral Nord de l'île.

Ici samedi matin à Devonport :

Fête de fin d'année

L'école primaire de Hillcrest célébrait la fin d'année scolaire par une fête quand en milieu de matinée, une rafale de vent a emporté un château gonflable, et ses jeunes occupants. Les témoins ont raconté que les enfants avaient été projetés à environ dix mètres du sol. Quatre d'entre eux ont été tués sur le coup. Un autre a succombé à ses blessures peu après, à l'hôpital. 

Un sixième enfant a été déclaré décédé le dimanche suivant. Quatre garçons et deux filles, âgés de onze et douze ans. Deux victimes se trouvaient alors toujours dans un état critique au Royal Hobart hospital. Des fleurs ont été déposées devant l'école et un appel aux dons en ligne pour les familles des victimes a récolté au moins 1,2 million de dollars australiens (plus de 90 millions de francs Pacifique).

Questions en suspens

La police a ouvert une enquête sur cet accident qui laisse de nombreuses questions en suspens. Ce jour-là, la météo prévoyait en effet des "vents légers" et un temps ensoleillé. Selon les autorités tasmaniennes, les investigations devraient "prendre un certain temps".

Des policiers du pays sont arrivés en renfort sur l'état insulaire afin d'aider à interroger les personnes présentes à la fête, à laquelle participaient quelque quarante élèves. En parallèle, le département de l'éducation de Tasmanie a publié une note interdisant les équipements gonflables en milieu scolaire

Le Premier ministre sur place

S'exprimant lors d'une conférence de presse samedi, à Hobart, avant de se rendre sur place, le Premier ministre australien a déclaré qu'il n'y avait "pas de mots, seulement des prières, pour nos compatriotes australiens de Tasmanie et pour la communauté qui portera ce fardeau". Scott Morrison assurant : "Je veux leur dire, qu'ils soient les premiers intervenants, les enseignants, les amis, la famille (…), toute la communauté, que l'Australie ne fait qu'un avec eux".

Des précédents

ABC Australia évoque un drame similaire : selon le groupe audiovisuel, en 2001, une enfant de huit ans est décédée en Australie-Méridionale après qu'un château gonflable se soit ainsi envolé, la faisant chuter de sept mètres de haut. Et l'enquête a révélé que l'ancrage au sol était inadéquat. L'année dernière, ajoute ABC, deux enfants de New South Wales ont subi une intervention chirurgicale après qu'une rafale de vent anormale a soufflé un château gonflable, dans lequel ils jouaient, à sept mètres dans les airs.