publicité

L'interdiction des sacs plastiques sur le bureau du Congrès

Un projet de loi de pays a été déposé ce vendredi au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, en vue d'interdire progressivement différents produits en plastique. D'abord les sacs et les poches. Puis la vaisselle et les pailles. 

© Après les sacs, il s'agirait d'étendre aux pailles et à la vaisselle jetable.
© Après les sacs, il s'agirait d'étendre aux pailles et à la vaisselle jetable.
  • Martine Nollet, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
Calédonie Ensemble propose un texte pour limiter le recours au plastique, et le fait savoir. Le projet de loi de pays déposé ce vendredi sur le bureau du Congrès vise à interdire la mise sur le marché de plusieurs produits. «Notamment les sacs, les poches en plastique et la vaisselle jetable», précise Nina Julié, élue CE à la province Sud et au Congrès.
 

Par étapes

Si la proposition était adoptée, il s’agirait d’interdire à compter du 1er mai 2019 les cabas en plastique et les sacs à usage unique, de caisse ou destinés à l'emballage en vrac. Puis d’enchaîner à compter du 1er septembre 2019 avec les gobelets, verres, tasses, couverts et autres assiettes en plastique ou encore les touillettes et pailles. Avant d'étendre l'interdiction, au 1er mai 2020, aux barquettes alimentaires.
 
Opération anti-plastique et autres emballages, à Dumbéa, en juin 2018. © NC la 1ère / Clarisse Watue
 

215 poches plastique par an et par habitant

La Calédonie s'avère bien en retard dans ce domaine. Malgré la multiplication progressive des initiatives, les sacs plastique restent encore très présents dans les lieux de consommation, malgré la nocivité qu'on sait. Chaque habitant du Caillou utiliserait en moyenne 215 pochons par an. Ce qui fait un total annuel… d’une soixantaine de millions de sacs.
 

«Une bonne partie dans la nature»

«C’est beaucoup trop, quand on sait qu’une bonne partie se retrouve dans la nature, résume Nina Julié. Notre environnement exceptionnel est notre richesse et c’est cette richesse que nous souhaitons transmettre aux générations futures.» L’idée: réduire à la source cette production de plastique en incitant des opérateurs locaux à développer des alternatives, avec le soutien des institutions. 
«Réduire à la source»
  

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play