publicité

Les «jeunes» détenteurs du permis devront ou boire, ou conduire

Six textes destinés à rendre plus sûres les routes de Calédonie ont été adoptés par le Congrès. L'un d'eux instaure une tolérance zéro envers les «jeunes conducteurs» en matière d’alcool. Tous s’inscrivent dans la mise en œuvre du plan quinquennal de sécurité routière.

© DR
© DR
  • Isabelle Peltier (F.T.)
  • Publié le
L’alcool est à l’origine de plus de 90% des accidents mortels de la route qui surviennent en Calédonie. L’un des six textes présentés vendredi matin aux élus du Congrès - qui les ont tous adoptés à l'unanimité - cible symboliquement les «jeunes conducteurs». Objectif recherché à travers une telle mesure: faire évoluer les comportements sur les routes.

«Pa​s le moindre verre»

«Le [texte le] plus emblématique de mon point de vue est celui qui porte sur la tolérance zéro en matière d’alcool pour les jeunes conducteurs, décrypte Cynthia Ligeard, membre du gouvernement en charge de la sécurité routière. Il s’agit de considérer, à partir de la publication de ce texte, que les conducteurs qui ont moins de deux ans de permis, quel que soit leur âge, n’auront pas le droit de consommer le moindre verre d’alcool avant de prendre le volant.»

«Un peu plus de sévérité, un peu plus de rigueur dans la répression, de façon à ce que le sentiment d’impunité petit à petit s’efface et nous oblige, les uns et les autres à un comportement plus vertueux sur la route. »


Un an pour mettre sa plaque en règle

Autre texte à portée répressive, celui qui concerne les plaques d’immatriculation normalisées. Elles seront rendues obligatoires, pour un coût fixé à 2600 francs. «C’est une mesure qui va s’inscrire dans le temps puisqu’on va laisser un an aux conducteurs calédoniens pour se mettre en règle, détaille l’élue. Mais ça nous permettra, d’ici un an, de mettre en place des radars automatiques, et d’aller vers un traitement automatisé des contraventions. Donc un peu plus de sévérité, un peu plus de rigueur dans la répression, de façon à ce que le sentiment d’impunité petit à petit s’efface et nous oblige, les uns et les autres à un comportement plus vertueux sur la route. »

© pratique.fr
© pratique.fr

Le permis pour l'emploi revu et corrigé

Les dispositions du permis pour l’emploi, instauré en 2006, ont été révisées. Les résultats en sont mitigés, avec seulement 45% de réussite au permis pour 5000 candidats. Le texte a été élargi à de nouveaux bénéficiaires, comme les bacs pros, les apprentis ou les demandeurs d’emploi en formation. Mais aussi inscrit dans un cadre plus rigoureux, avec une campagne d’inscriptions sur trois mois et l’obligation de passer le permis en un an. Le permis de conduire, défini par un texte en date de 1966, a également été toiletté pour coller aux réalités du terrain, notamment les évolutions technologiques.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play