Les jeunes font le débat sur l'avenir de la Calédonie

politique
Spot campagne référendum 2018
La jeunesse au premier plan, jeudi soir, pour informer et s'informer quant à l'avenir de la Nouvelle-Calédonie. Une soirée «2018 pour les jeunes» était organisée à Nouméa par une association étudiante. A Koné, les jeunes du Palika proposaient une conférence-débat sur l'accession à l'indépendance.
Deux soirées en même temps pour rendre plus accessibles les enjeux de l'avenir proche en Nouvelle-Calédonie. Et toutes deux portées par la jeunesse. Ce jeudi 27 avril 2017, l'association étudiante Découvre ton caillou a organisé «2018 pour les jeunes» à Nouméa, à la bibliothèque universitaire. Avec comme invités les représentants de partis politiques : Calédonie Ensemble, le Rassemblement - Les Républicains, l'Union calédonienne. 
 

Un besoin de réponses

Les jeunes sont venus nombreux pour participer à cette rencontre sur la question du référendum. Le drapeau, le corps électoral, les transferts de compétence... Les sujets étaient variés. Mais beaucoup d'étudiants sont restés sur leur faim, montrant l'importance des espaces d'échange.
«Ils parlent pas vraiment de ce qui se passe après, a trouvé ce participant. Ils parlent de ce qui s'est passé avant. Mais après, on est un peu moins surs !» «Pour ma part, ça ne me dérange pas d'être indépendant, avec un Blanc, un Tahitien, un Wallisien, réagit un autre. Mais pas sans eux, ce sont aussi mes frères. On ne pose pas les bonnes questions : sur quoi va-t-on baser notre relation, plus tard? Notre relation humaine ?»
 

«Sans pudeur, sans tabou et avec leurs mots»

«On n'a pas débattu sur les idées de fond, estime une jeune femme : qu'est-ce qu'on veut pour la Calédonie, en dehors du vocabulaire "indépendance ou pas indépendance". Qui est ce qu'on veut qui nous dirige ? Et pas en terme d'ethnie.»
Pour Aurélie Boula, étudiante et membre de l'organisation, ce débat était en tout cas indispensable : «On veut vraiment que les jeunes prennent part au débat public. Qu'ils comprennent, déjà, et qu'après, ils puissent poser leurs questions sans pudeur, sans tabou et avec leurs mots. Je pense qu'ils ont été réceptifs. » Réceptifs, mais avec encore plus d'interrogations, et certains espèrent d'autres débats dans les mois à venir. 
 

Quatre heures à Koné

Au complexe culturel de Koné, le même soir, c'est le Conseil national des jeunes du Palika qui proposait une conférence-débat sur l'accession du pays à l'indépendance. ... Objecitif du CNJP : permettre à l'ensemble des Calédoniens de mieux comprendre ce processus, mais également de partager les actions de l'UNI dans ses rencontres avec les formations politiques, et l'Etat. Le propos a duré quatre heures. Les intervenants se sont succédés au pupitre, avec une présentation historique du combat de l'indépendance, de la consultation, ce qu'en dit l'Accord de Nouméa et enfin les questions de financement. 
 

«Une bonne première étape»

Dans le public, des indépendantistes convaincus, des non-initiés à la chose politique et des curieux avides de réponses sur l'avenir. «On va arriver en 2018 pour la consultation de sortie. Pour moi, ce n'est pas clair», a dit cette participante. «Comment on va poser la question au moment du référendum ?, a interrogé celui-ci. «C'est technique et très intéressant parce que beaucoup de gens se posaient des questions, apprécie ce troisième. Y compris sur comment doit se passer le référendum. C'est une bonne première étape.» «C'est la première fois que j'entends parler, de façon aussi claire et aussi développée, d'un projet pour Kanaky Nouvelle-Calédonie», ajoute cet autre participant. Là aussi, une telle rencontre est amenée à se renouveler. L'UNI prévoit par ailleurs d'ouvrir un blog pour jouer un peu plus la carte de l'interactivité. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live