Jour d’élection au Congrès, mode d’emploi

congrès de nouvelle-calédonie
L'hémicycle du Congrès NC
L'hémicycle du Congrès durant une précédente mandature. ©NC la 1ere
Place à la séance de renouvellement annuel, au niveau des instances qui permettent au Congrès de la Nouvelle-Calédonie de fonctionner. Début à 9 heures, ce mercredi, avec l'élection du président.

C’est l’assemblée délibérante de la Nouvelle-Calédonie. La collectivité qui vote les lois du pays et autres délibérations, en exerçant les compétences transférées par l’Etat. Le Congrès vit aujourd’hui le dernier renouvellement de ses instances avant l’ultime consultation d’autodétermination prévue par l’Accord de Nouméa. NC la 1ere plante le décor. 

  • Issu des provinciales

Sa composition actuelle date de mai 2019, dans la foulée des dernières provinciales. Quelques changements sont intervenus depuis, au fil des gouvernements par exemple, ou au niveau des groupes qui réunissent les élus. Il y a 54 sièges dans l’hémicycle : 32 pour des élus de la province Sud, 15 pour des conseillers de la province Nord et sept pour la province des Îles.

  • Les forces en présence

Au 28 juillet, le groupe le plus fourni est celui de l’Avenir en confiance, avec 18 membres. Sur le papier, cette coalition loyaliste est composée de neuf Républicains calédoniens, sept représentants du Rassemblement-LR et deux du Mouvement populaire calédonien. Dans ce camp des non indépendantistes, le groupe Calédonie ensemble compte six membres. Nicolas Metzdorf de Générations NC siège sans étiquette.

Chez les indépendantistes et leurs soutiens, un des groupes déclarés réunit toujours les élus de l’Union calédonienne, leurs alliés nationalistes et les trois représentants de l’Eveil océanien. Cette liste UC-FLNKS et Nationalistes et l’EO représente désormais 17 élus.

Il faut dire que par un jeu de chaises politiques, le groupe UNI en a perdu un avec l’entrée en fonction du 17e gouvernement. Il rassemble onze conseillers.

Sans oublier Kadrilé Wright, du Parti travailliste, qui siège hors groupe.

  • Les indépendantistes ont la main

En résumé, le Congrès version mi-2021 compte 26 indépendantistes, 25 non indépendantistes et trois conseillers Eveil océanien qui se distinguent en refusant d’entrer dans le jeu du "bipartisme". Ce sont les fameux "faiseurs de rois", ou "de démocratie", qui peuvent faire pencher la balance.

  • Président ou présidente ?

Les instances dirigeantes du Congrès sont renouvelées chaque année. D’où la séance publique solennelle de ce matin, à partir de 9 heures. Elle a un ordre du jour assez classique en la matière. D’abord l’élection du président, par scrutin secret à la majorité absolue (28 élus). Sachant que si un troisième tour s’impose, il "suffit" alors d’une majorité relative. Et en cas d’égalité des voix, le plus âgé l’emporte.

Qui occupera le perchoir ? Les candidatures à la présidence peuvent être déclarées en séance, jusqu’à l’ouverture du scrutin. La veille, on s’attendait à celle du sortant Roch Wamytan, 70 ans, soutenu par l’ensemble des conseillers indépendantistes pour sa réélection. Et à celles de deux élues non indépendantistes : Virginie Ruffenach, 47 ans, membre du groupe Avenir en confiance, et Annie Qaeze, 32 ans, de Calédonie ensemble. 

  • Membres du bureau

Après la traditionnelle suspension de séance, suite du programme avec les membres du bureau : les conseillers éliront les vice-présidents du Congrès (jusqu’à huit), les deux secrétaires et les deux questeurs. Ça se passera sous forme d’un scrutin de liste, à la proportionnelle.

  • Commissions


Suit à l’ordre du jour l’élection des onze élus qui formeront la commission permanente. C’est à la représentation proportionnelle des groupes.

Nouvelle suspension de séance. Les dirigeants des groupes et le président (ou son représentant) se réuniront en grande salle de commissions. Ils définiront la répartition des sièges et des présidences pour les commissions intérieures, à proposer devant l’assemblée. Il s’agira aussi d’établir la liste unique des candidats aux représentations du Congrès dans les organismes extérieurs.

Ensuite, seront élus les membres des commissions intérieures (et ceux des commissions spéciales seront désignés). 

Encore une pause et le Congrès élira les bureaux, de la commission permanente et des commissions intérieures. Ils seront installés dans la petite salle de commissions. Les résultats seront alors annoncés à l’hémicycle et on désignera les représentants du Congrès dans les organismes extérieurs.

Une longue journée, donc. A suivre sur les antennes de NC la 1ere.