Congrès : deux femmes en lice pour le perchoir chez les loyalistes

congrès de nouvelle-calédonie
Annie Qaeze et Virginie Ruffenach
©NC la 1ère
Ce mercredi 28 juillet aura lieu l'élection du nouveau président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Président ou bien présidente, car Annie Qaeze et Virginie Ruffenach, sont toutes les deux candidates pour le poste, côté non-indépendantiste, face à Roch Wamytan. Qui sont-elles ?

Sauf coup de théâtre, il y a pour le moment trois candidats connus pour la présidence du Congrès, ce mercredi 28 juillet. Annie Qaeze Jinézi porte l'étiquette de Calédonie ensemble tandis que Virginie Ruffenach, vice-présidente du Rassemblement, celle de l'Avenir en Confiance. Elles seront face au président sortant indépendantiste : Roch Wamytan. Portraits de ces deux femmes. 

Annie Qaeze Jinézi, "la fille des Accords de Matignon"

Annie Qaeze Jinézi est une enfant de Lifou. Née en octobre 1988, elle aime à dire que c’est une "fille des Accords de Matignon." Après des études d’ingénieur dans le Pas-de-Calais, elle intègre Vale puis l’OPT. Annie Qaeze se lance en politique en 2014 lors des municipales. Elle sera auprès de Sonia Lagarde pour conquérir, la mairie de Nouméa, sous l’étiquette Calédonie ensemble. Elle sera d’ailleurs conseillère municipale de 2014 à 2020. Annie Qaeze est une femme discrète.

Depuis 2019, la fille de Wedrumel est conseillère provinciale. Elle est l’une des vice-présidentes du Congrès. Depuis juin 2017, elle est suppléante du député Philippe Dunoyer. Annie Qaeze a participé à deux Comités des signataires, en 2017 et en 2018.

Virginie Ruffenach, une politique d'expérience

Face à Annie Qaeze, une femme d’expérience : Virginie Ruffenach. Elle a grandi à La Ouinné, sur la côte oubliée mais aussi à Koutio. Après ses études à Strasbourg, elle revient sur le territoire et enseigne la physique chimie. Elle sera notamment professeur au collège Georges Baudoux et au Lycée Lapérouse.

Vice-Présidente du Rassemblement LR, Virginie Ruffenach adhère au Rassemblement en 2007. L’un de ses chantiers : le transfert de l’enseignement secondaire au sein du groupe technique de travail mis en place par l’Etat. Elle a participé à de nombreux Comité des signataires de l’Accord de Nouméa. Elle était présente à Paris fin mai 2021, lors des échanges avec le Premier Ministre et le Ministre des Outre-mers. En 2019, elle est élue à la Province Sud, et conseillère au Congrès. C’est elle qui est la présidente du groupe l’Avenir en Confiance. On retiendra de Virginie Ruffenach son combat en 2007 contre le gel du corps électoral.