Le journal de campagne du 7 juin

élections
visuel le journal de campagne 2
©NC1ère
Les rendez-vous de la campagne des législatives : meetings, interviews et notre série sur l’Assemblée Nationale. Aujourd'hui, les meetings de Louis Mapou et de l'UCF, l'association Anticor qui veut moraliser la vie politique et la loi sur le non-cumul des mandats.

Louis Mapou en meeting au Mont-Dore 

Dans la seconde circonscription, Louis Mapou, le candidat de l’UNI a réuni ce mardi soir plusieurs dizaines de personnes à la Mairie de Boulari. 
Le reportage de William Lecren 


 

Législatives Meeting Louis Mapou Mont Dore
©NC1ere/William Lecren

 

Les candidats de l’UCF en meeting à Nouméa

L’hippodrome Henri Milliard accueillait ce mardi soir le meeting de clôture des candidats de l’UCF, Gaël Yanno et Gil Brial.  250 personnes environ avaient répondu à l’invitation.
Le reportage de Martine Nollet 
Législatives Meeting UCF Nouméa Yanno et Brial

 

Les auteurs du rapport sur l’avenir institutionnel répondent aux accusations

Dominique Bussereau et René Dosière, qui ont porté la mission sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, réagissent. Les députés respectifs de l’Aisne et de Charente-Maritime tiennent à préciser plusieurs choses «compte tenu des interprétations partisanes et mensongères que certains ne manquent pas de propager à la suite de la publication de notre rapport». Et d’insister : «Ce rapport n’a d’autre objet que de rendre compte des travaux menés pendant deux ans […]. A aucun moment, et sous aucune forme, il est préconisé une réponse à la question qui sera soumise aux Calédoniens en novembre 2018. […]. Toute autre interprétation de notre rapport résulte de la mauvaise foi et de la polémique.» Les députés d’ajouter qu’ils sont «étonnés des propos» tenus par Sonia Backès et Harold Martin «qui veulent faire croire à une forme d’ostracisme ou de complot». 
 

Anticor demande aux candidats de s’engager

Amener les décideurs politiques à s’engager contre la corruption et pour l’éthique c’est le but de l’association Anticor. Née il y a une dizaine d’années en Métropole, elle est désormais représentée en Nouvelle-Calédonie. 
Comme en métropole, pour ces élections législatives, l’association a soumis aux candidats calédoniens une charte pour une moralisation de la vie politique. 10 recommandations comme l’absence de condamnation, le non cumul des mandats, encadrer l’action des lobbyistes ou encore supprimer les moyens exorbitants accordés aux anciens présidents de la République.
Reste à comptabiliser le nombre de  chartes retournées et signées par les candidats.
Thierry Blaisot, représentant l’association Anticor en Nouvelle-Calédonie répond à Martine Nollet 
 

Le non-cumul des mandats

(Par Serge Massau, d’Outre-mer 1ère)
L’Assemblée nationale qui sortira des urnes le 18 juin, au soir du second tour des élections législatives, sera une assemblée très renouvelée. En cause : l’application de la loi sur le non-cumul des mandats qui interdit de cumuler un mandat de parlementaire et un exécutif local. 
A l’Assemblée nationale, près d’un député sur quatre est aussi maire ou président d’un exécutif local. Et la proportion est la même dans les Outre-mer.  
En Outre-mer, 10 députés sortants sur 37 sont en situation de cumul des mandats. C’est le cas de trois députés sur quatre en Guadeloupe et de 3 sur 7 à La Réunion. Ce qui sera interdit pour les futurs députés.
Il n’est désormais plus possible d’être, à la fois, député et maire ou adjoint au maire. Interdit aussi d’être député Et président de région ou même ministre du gouvernement de la Polynésie et de la Nouvelle-Calédonie.
Sonia Lagarde a par exemple annoncé à l’avance qu’elle préférait conserver sa mairie de Nouméa plutôt que de briguer un nouveau mandat de députée de la Nouvelle-Calédonie.
Alfred Marie-Jeanne n’est pas candidat. Il aurait de toute façon dû choisir entre le Palais Bourbon et la présidence de la Collectivité unique de Martinique.
Pour autant, des maires seront bien candidats aux législatives, comme Thierry Robert à La Réunion ou Gabriel Serville, en Guyane. Mais dans ce cas, s’ils sont réélus, ils auront 30 jours pour choisir quel mandat ils abandonnent.
 
L'ensemble des candidats
Première circonscription
Sonia Backès (Les Républicains ensemble dans la France); Lina Balmelli (Front national) ; Bernard Deladrière (Le Rassemblement - Les Républicains) ; Alain Descombels (sans étiquette) ; Philippe Dunoyer (Calédonie Ensemble);  Philippe Gras (sans étiquette); Michel Hanocque (Union populaire républicaine); Louis Manta (La France insoumise); Germaine Nemia-Bishop (Rassemblement autochtone et souveraineté partagée); Charles Washetine (Union nationale pour l’indépendance) ; Macate Wenehoua (Union progressiste en Mélanésie) ; Gaël Yanno (Union pour la Calédonie dans la France).

Seconde circonscription
Henry Bodeouarou (Rassemblement autochtone et souveraineté partagée) ; Gil Brial (Union pour la Calédonie dans la France) ; Oscar Diaz (Union populaire républicaine) ;Philippe Gomès (Calédonie Ensemble) ; Bianca Hénin (Front national) ; Louis Mapou (Union nationale pour l'indépendance) ; Harold Martin (Droite républicaine) ; Manuel Millar (sans étiquette); Pascal Vittori (Tous Calédoniens).
Les Outre-mer en continu
Accéder au live