Une journée défense et citoyenneté au Camp-Est

justice
JDC Camp Est
©Ministère des armées
Droits et devoirs du citoyen, fonctionnement des institutions… la journée défense et citoyenneté (la JDC) se veut un rendez-vous d’information auquel il est obligatoire de participer. Pour quelques jeunes incarcérés au Camp-Est , la JDC est venue à eux. 
Chaque jeune doit avoir assisté à une JDC avant ses 18 ans. Un délai porté à 25 ans dans certains cas comme aujourd’hui, au Camp-Est. Ce matin, une dizaine de jeunes majeurs incarcérés au centre pénitentiaire de Nouméa étaient convoqués pour suivre et valider leur JDC. 
 

11 jeunes

L’opération a eu lieu entre les murs de la prison, fruit d’une collaboration entre le service pénitentiaire d’insertion et de probation et le centre du service national. Onze jeunes, de 18 à 24 ans, ont enchainé tests de français et échanges sur les perspectives d’avenir dans l’armée. 
JDC Camp est
©Ministère des armées

Adaptations

Si le contenu était le même qu’à l’accoutumée, cette JDC a dû toutefois s’adapter aux contraintes carcérales. « Au lieu de démarrer à 8h, explique Thierry Mauhourat, du centre du service national en Nouvelle-Calédonie, on a du démarrer à 7h pour permettre aux détenus de partir dans leurs quartiers à partir de 11h pour pouvoir avoir leur repas aux heures habituelles du centre pénitentiaire. » 
JDC Camp ESt
©Ministère des armées
 

Sésame

Le décrochage scolaire et la fin de peine réunissent ces jeunes. A l’aube de leur retour à la liberté, la validation de cette JDC est un véritable sésame pour leur réinsertion entre possibilité de se présenter à un examen ou passage du permis de conduire. 
JDC Camp ESt
Thierry Mauhourat, Centre du service national en Nouvelle-Calédonie ©Ministère des armées
 

Premier diplôme

« Pour certains, c’est un des premiers diplômes ou certificats qu’ils ont pu obtenir dans leur vie », précise Jean-Claude Eliac, directeur du service pénitentiaire inserion et probation. 

Ce matin, j’ai vu des personnes qui étaient déterminées, senties valorisées et c’est extrêmement important pour la suite.
- Jean-Claude Eliac, directeur du service pénitentiaire insertion et probation.

 

Réinsertion

Et pour prévenir la récidive, particulièrement importante sur le territoire, une quarantaine d’actions de réinsertion a été proposée l’année dernière à près d’un millier de détenus.

Le reportage de Loreleï Aubry et Philippe Kuntzmann : 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live