Justice, étudiants, vaccination et économie : l'actu à la 1 du mardi 30 mars 2021

l'actu du matin
actu à la 1 mardi 30 mars 2021

L'essentiel de l'actualité ce matin avec la mise en examen des jeunes agresseurs de Tina, l'espoir d'un retour pour les étudiants calédoniens bloqués en Métropole, la vaccination obligatoire qui fait débat et la reprise de la vie économique, dans les commerces de bien non-essentiels.

Les agresseurs de Tina interpellés

Trois mineurs sont mis en examen après l’agression d’une femme enceinte. Cela s’est produit dans le quartier de Tina sur Mer, à Nouméa, dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Hier soir, le procureur de la République, Yves Dupas, a apporté plus de précisions.

L'espoir pour les étudiants calédoniens

Les étudiants seront prioritaires sur le prochain vol en provenance de Paris, ces derniers doivent être soulagés. Ces étudiants bloqués depuis 3 semaines, depuis la suspension des vols de rapatriement. Jusqu’ici, seules les personnes considérées comme prioritaires pouvaient venir en Calédonie, à savoir les personnes de retour d’évasan, le personnel médical ou encore les professionnels du monde économique. Lors du point presse de ce lundi, Isabelle Champmoreau, membre du gouvernement en charge de l’enseignement, est revenue sur ce dispositif.


Faut-il contraindre les personnes en contact avec les voyageurs à se faire vacciner ? 

Le sujet fait débat depuis l’annonce, samedi, du président du gouvernement. Il sera d’ailleurs évoqué ce matin en collégialité. Rien n’est arrêté pour l’instant, aucun texte n’est voté, mais certains syndicats de la plateforme aéroportuaire de La Tontouta, ont d’ores et déjà exprimé leur désaccord. C’est le cas de l’USTKE. Le syndicat adresse une lettre ouverte au président du gouvernement. Il dit s’inquiéter de la pression qui pèse sur les salariés d’Aircalin pour qu’ils se vaccinent.

Les commerces de bien non-essentiels ont rouverts

Ils avaient hâte. Les commerces ont repris du service hier, après 3 semaines de fermeture.Gérants et salariés affichaient un large sourire hier matin. Et pour cause, les commerces de biens non essentiels ont été autorisés à rouvrir, selon un protocole sanitaire strict.

L'exemple de la Nouvelle-Zélande

Lors du point presse d’hier, le porte-parole, Christopher Gygès, confirmait que l’exécutif réfléchissait notamment à s’inspirer du modèle néo-zélandais où des séries d’alertes permettent à la population de réagir vite et de manière adaptée. Depuis l'an dernier, quatre niveaux permettent le déclenchement immédiat de mesures de protection en fonction de l’évolution du risque Covid. 

 

Les Assises reportées

C’est désormais confirmé, la session d’Assises qui devait débuter aujourd’hui est reportée. L’annonce des nouvelles mesures sanitaires étaient attendues par la Cour. Elle s’est bien réunie hier, mais les jurés n’étaient pas au complet. Les dossiers prévus, un féminicide et 4 affaires de viols, devraient être ajoutés à la session du mois de juin. Elle devrait s’étaler sur 18 à 20 jours d’audience.

Brisbane confinée à nouveau

En Australie, un reconfinement de 3 jours est décrété à Brisbane, après la détection d’un foyer de contamination au variant britannique. La 3ème ville australienne a été mise sous cloche hier. Plus de 2 millions de personnes sont concernées. Bars, restaurants et écoles sont fermés. Les commerces essentiels pourront rester ouverts

Le porte-conteneur l’Ever Given remis à flot

Long de 400 m, et de 220 000 tonnes, il était échoué est échoué dans le canal de Suez, durant une semaine. Conséquence : 300 bateaux sont restés bloqués. Plusieurs remorqueurs sont mobilisés sur place pour dégager ce géant des mers. Une opération délicate et compliquée dont les conséquences économiques vont se faire sentir jusqu’ici. Le directeur de MSC, Méditerranean Shipping Company, deuxième armateur mondial, précise que personne n'a une idée précise du retard accumulé, puisque cela dépendra de l'opération de déséchouage. "Le retard pourrait être de quinze jours à trois semaines, mais le cas est tellement atypique qu'il y a peu de certitudes" confie Maxime Tinel. De possibles ruptures de stock chez certains clients, si le navire n'est pas dégagé rapidement.