Karting: un stage pour les personnes en situation de handicap

solidarité
handikart
©Michel Marin
C’est une première en Calédonie : un stage de conduite réservé aux personnes en situation de handicap. Objectifs : leur donner des notions de sécurité routière, leur apprendre les trajectoires et le freinage. Premiers stagiaires sur la piste : Nicolas Brignone et Pierre Fairbank.
Sur le tracé de Nakutakoin, les deux champions handisports calédoniens se sont essayés au karting, au volant de bolides aux moteurs de 26 CV. Ces derniers, qui peuvent atteindre 100 km/h ont été spécialement aménagés par l'association Handikart NC, avec notamment les commandes au volant. 
 

Un projet ambitieux

L’association Handikart NC a mis en place un projet réservé aux personnes en situation de handicap. Toute la matinée a été consacrée aux cours de maîtrise, à la conduite et ses difficultés. Exercices d'évitement, de freinage, d'accélération... mais aussi de trajectoire, tout est à apprendre. Au total, la formation se déroule en trois modules de 40 heures. Le but : pouvoir anticiper les dangers de la route. 
 

L'objectif c'est de leur faire découvrir le kart et aussi de leur donner les notions de sécurité routière, comme tout ce qui est freinage. 90% des gens sur la route ne savent pas freiner. Au niveau des handicapés, cette formation est une première. Là on voit qu'ils maîtrisent plutôt bien

Jean-Yves Coulon, formateur option karting


Adrénaline et émotions garanties

Premières impressions à chaud de Pierre Fairbank. "On essaye d'écouter les consignes, c'est tout nouveau. C'est génial c'est une formation, c'est bénéfique pour apprendre à conduire et de nous permettre de vivre ça donc au niveau émotionnel et sensations, j'ai bouffé autant de jus qu'un marathon" lance l'athlète, sur un ton amusé. 
 
Handikart brignone et fairbank
©Martine Nollet

De son côté, Nicolas Brignone s’est déjà adapté comme un champion ; lui qui a déjà essayé le karting en Australie et en Nouvelle-Zélande. "Moi j'adore, j'ai toujours été très sport mécanique depuis mon enfance et on ne dirait pas mais le karting ça reste quand même très physique et au niveau des sensations, c'est vraiment au top... au niveau des sensations de vitesse, de freinage... Ouvrir le karting aux personnes en situation de handicap, c'est toujours bien d'avoir une nouvelle discipline où justement on peut s'épanouir. Je pense que ça peut apporter beaucoup et ça va nous apprendre beaucoup" confie-t-il, avant de repartir pour un tour de piste. 

L'adrénaline est au rendez-vous pour ces deux grands sportifs habitués aux compétitions. "Ça va beaucoup plus vite, mais en forçant un peu moins" lance Pierre Fairbank. L’objectif est d’ouvrir, au plus grand nombre, la possibilité de suivre ce genre de formation dans le but d’améliorer la sécurité routière. Au-delà du plaisir de piloter un karting, la notion de sensibilisation à la conduite est de plus en plus importante.

Le reportage de Martin Charmasson et Michel Marin. 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live