L'arrivée d'une relève militaire était bien prévue

coronavirus
Façade de l'aérogare, à l'aéroport de Tonotuta
©NC la 1ere
Un vol transportant des personnels militaires devait bien arriver ce week-end en Nouvelle-Calédonie, mais il a été suspendu. Ces derniers jours, la polémique portait sur l’arrivée ou non de cet avion. Qu’en est-il exactement ? Eléments de réponse.
Selon des sources militaires et civiles, un A340 de l’armée de l’air devait atterrir dimanche à Tontouta, avec à son bord 179 personnels militaires. Un vol en partance de Roissy ce vendredi, heure de Paris.
 

Relève des personnels tournants

Cet avion guidé par le Cotam, le Commandement du transport aérien militaire, devait amener la relève des personnels tournants stationnés sur le Caillou. Une relève qui intervient tous les trois à six mois selon le corps de l’armée concerné.
 

L'effet coronavirus

Elle aurait dû se faire depuis déjà un mois mais coronavirus oblige, les choses ne se sont pas passées ainsi. Et c'est cette menace de la pandémie qui rend désormais le sujet si délicat.
 

Programmé de longue date

Ce vol censé atterrir dimanche était programmé depuis plusieurs semaines, d’après nos sources. Elles précisent qu’un avion ne peut pas tomber du ciel du jour au lendemain, plusieurs services sont mobilisés pour préparer au mieux son arrivée. Or, la rotation a visiblement été annulée depuis peu, constatent ces mêmes sources.
 

Communiqué du haussariat

Dans un communiqué envoyé jeudi, le haut-commissaire indiquait, et il le réaffirme aujourd'hui, qu'«aucun vol militaire n’a été confirmé comme devant arriver ces jours-ci sur le territoire». Laurent Prévost précisait que, de toute façon, «ces arrivées se feraient dans le strict respect des mesures arrêtées pour l’ensemble des nouveaux arrivants».
 

La question des raisons

On peut en tout cas s’interroger sur les raisons de cette suspension. Est-ce que les prises de position des uns et des autres, coutumiers ou membres du gouvernement calédonien, ont joué ? La question est posée.