L'Etat va mener une nouvelle consultation de la société civile

institution
Patrice Faure, haut-commissaire de la République, en déplacement à Koné, jeudi 10 mars.
Patrice Faure, haut-commissaire, s'est exprimé depuis la subdivision administrative Nord, à Koné, jeudi 10 mars. ©Brice Bachon / NC la 1ère
En déplacement à Koné, jeudi 10 mars, le haut-commissaire Patrice Faure a annoncé le lancement d'une consultation complémentaire de la société civile sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Les contributions sur plusieurs questions de société sont à adresser avant le 31 mai.

L'intention avait déjà été annoncée aux élus du Congrès par Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, le 15 décembre dernier, la démarche est confirmée. En déplacement à Koné, jeudi 10 mars, Patrice Faure, le haut-commissaire de la République, a présenté une nouvelle consultation de la société civile lancée par l'Etat, dans l'attente de la reprise du dialogue politique. Des discussions qui reprendront après l'élection présidentielle, en avril, et les élections législatives, en juin.

L'Etat propose ainsi aux acteurs de la société civile de plancher sur plusieurs thématiques :

  • Le destin commun et le défi du vivre ensemble
  • La place de la coutume et les questions foncières
  • La réduction des inégalités et la solidarité
  • L'égalité entre les femmes et les hommes
  • L'environnement et le climat
  • L'éducation et le climat
  • L'éducation
  • La place de la Nouvelle-Calédonie dans la zone Pacifique

Des éléments d'analyse consensuels, clivants ou innovants attendus

Les responsables associatifs, culturels, coutumiers, religieux, les représentants du monde économique et syndical et les partis politiques sont invités à adresser leurs contributions, avant le 31 mai à notreavenir-nc@nouvellecaledonie.gouv.fr. Les productions seront à transmettre au format .doc .docx ou .odt et ne devront pas dépasser deux pages, se concentrer sur une seule problématique, la développer et l'argumenter.

"Cette analyse permettra de faire ressortir les points consensuels, les points clivants ou encore les idées particulièrement innovantes", indique un communiqué transmis par le haut-commissariat. Confiés à un prestataire, ces travaux seront analysés, synthétisés et serviront lors des discussions politiques à venir. "Ce travail de synthèse sera complété des conclusions de l'audit de la décolonisation et du bilan de l'accord de Nouméa", poursuit le haut-commissariat, qui précise qu'une consultation des Calédoniens "pourrait être envisagée dans un second temps en accord avec les forces politiques."

De nombreux rapports produits en 2021

Ces productions doivent enrichir les productions réalisées lors de la première consultation de la société civile, en 2021, par NC Eco, le Cresica, le Conseil du dialogue social, le Conseil économique, social et environnemental (Cese), la contribution des maires, l'écoute profonde, la contribution de la jeunesse, l'étude sur l'avenir des institutions calédoniennes et du Congrès, la charte du peuple kanak, la charte des valeurs calédoniennes, etc.

Retrouvez les explications du haut-commissaire Patrice Faure, interrogé par Gilbert Assawa et Brice Bachon :

©nouvellecaledonie