L'invité politique du dimanche 24 juillet

l'invité de la rédaction
Sonia Backès
Sonia Backès, invitée du journal télévisé de NC1ère, dimanche 24 juillet ©NC 1ère
L'invitée politique du journal télévisé du dimanche 24 juillet: 
Sonia Backès, présidente du groupe « les Républicains » au congrès de la Nouvelle Calédonie, répond aux questions de Gwen Quemener 

Vers un rassemblement des camps non indépendantistes? 

Selon Sonia Backès, la présidente du groupe « les Républicains » au congrès de la Nouvelle Calédonie, les non indépendantistes sont déjà 
"unis sur l’essentiel, comme au sujet du corps électoral avec le collectif de défense des citoyens calédoniens, cela a aussi été le cas avec l’initiative prise par Pierre Frogier sur la SLN maintenant nous avons des différences de fond".
"Nous ne défendons pas le même projet de société mais quand il s’agit de l’avenir de la Nouvelle Calédonie dans la France, nous sommes capables de nous unir".

"En 2018 : il y aura un référendum"

Interrogée sur l'avenir du Pays, Sonia Backès répond: "nous ne sommes pas en capacité de nous passer de l’aide de l’Etat, donc il faut arrêter de parler d’indépendance ou de plus d’autonomie".
"En 2018, il y aura un référendum incontestable et incontesté, rien ne sera fait dans le dos des calédoniens".
 "Il faut que l’on aille convaincre les autres camps. Il faut construire le statut de la Nouvelle Calédonie pour qu’il soit acceptable par le plus grand nombre dans les  20, 30, 50 ans à venir.  
De rajouter, "il faudra modifier la constitution française  pour inscrire la Nouvelle Calédonie dans un statut pérenne et ainsi apporter la plus grande visibilité.  

"Une réforme de l’impôt jugée scandaleuse et une loi sur la compétitivité qui ne coîncide pas aux attentes des entreprises calédoniennes"

Selon la présidente du groupe "les Républicains" au Congrès de la Nouvelle-Caléodnie, "la réforme de l'impôt est injuste car elle s’attaque aux familles". "Normalement plus on gagne d'argent plus on paye d'impôts mais dans ce cas là, plus on a d’enfants plus on paye d'impôts".
Quant à la Loi sur la compétitivité, "on s’attaque aux entreprises, 37000 entreprises sont directement impactées".
"On note de 15 à 20% de baisse sur leurs ressources, les conséquences de cette loi, sont donc la suppression de milliers d’emplois." 

Pistes de développement économique en Nouvelle Calédonie

Concernant l'économie du Pays, Sonia Backès souhaite "d’abord sécuriser le secteur du nickel", d'autres pistes doivent être étudiées comme le photovoltaïque. "On en a très peu alors que l’on a un grand potentiel de développement…"

Délinquance des jeunes ou "tolérance zéro" 

Sonia Backès n'hésite pas à faire référence à la tolérance zéro, en réaffirmant la gravité des faits de délinquance observés sur le Caillou: "plus de 70% de cambriolages, plus de 130% de consommation de cannabis". "Sur un petit territoire, nous avons la possibilité d’interdire les achats d’alcool et il faut d'avantage d'uniformes."

Sonia Backès ne se prononce pas encore sur les futures élections législatives, selon elle, "le choix du candidat pour les élections présidentielles est prioritaire. Les républicains doivent désigner des personnes qui ont des convictions fortes car celles qui seront élues devront défendre la Nouvelle Calédonie dans la France à la sortie de l’accord de Nouméa en 2018". 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live