L'océanite : un nouvel oiseau marin décrit en Nouvelle-Calédonie et déjà menacé

animaux
L'océanite : un nouvel oiseau décrit par les scientifiques en Nouvelle-Calédonie
L'océanite, une nouvelle espèce endémique à la Calédonie et déjà menacée. ©© Hadoram Shirihai (Tubenoses Project)
Observée depuis 2008, l’espèce de la famille des pétrels a été décrite le 11 mars dernier, par une équipe de scientifiques du CNRS, d’INRAE, au centre d’études biologique de Chizé. Une nouvelle espèce déjà en danger.

Avec son ventre rayé, il se distingue des autres spécimens de la famille des pétrels. L’océanite de Nouvelle-Calédonie, est un petit oiseau marin de la taille d'une hirondelle. On l'appelle d'ailleurs pétrel tempête ou hirondelle de mer.

L'espèce est extrêmement fragile parce que ce sont des oiseaux particulièrement intolérants à la présence de rats, sur les zones où ils se reproduisent. Ces oiseaux nichent à terre dans des terriers. Comte tenu de la taille des terriers, ils sont difficiles à repérer et à identifier.

David Ugolini, président de la société calédonienne d’ornithologie

Une espèce observée depuis 14 ans sur le territoire

Les scientifiques estiment sa population de l’ordre de 100 à 1000 couples. Une population en danger : car ses sites de reproduction sont pour l’heure inconnus.

On ne sait rien sur ses sites de reproduction, on a quelques suppositions sur les endroits où l'océanite s'est reproduit mais potentiellement, ces endroits là sont déjà perturbés. Si la population niche par exemple sur des ilots, la présence de rats constitue une menace. Si elle niche dans des secteurs miniers isolés, il y a les rats, les chats mais aussi l'activité humaine qui posent problème. Ces oiseaux sont difficiles à détecter

David Ugolini, président de la société calédonienne d’ornithologie

Les spécialistes ouvrent donc l’œil, ainsi que les près de 300 membres de la Société calédonienne d’ornithologie, afin de trouver ces sites de reproduction et d’adapter au mieux la politique de protection.