La Chine pourrait aider à développer les ports des îles Fidji

La Chine progresse dans le Pacifique Sud.
La Chine pourrait aider les Fidji à développer ses ports et ses chantiers navals. Une annonce du Premier ministre de l'archipel voisin, qui a également évoqué la perspective de liens plus étroits avec Pékin dans ce domaine clé de son économie.

La Chine progresse dans le Pacifique Sud. A l'occasion d'une allocution ce mercredi, le Premier ministre des îles Fidji, Sitiveni Rabuka,  s'est félicité du bilan de l'aide de Pékin à son pays dans la lutte contre le Covid-19, le développement de son agriculture et la rénovation de ses infrastructures.

"La modernisation des installations portuaires et des chantiers navals des Fidji est un objectif clé pour le développement économique durable", a déclaré Sitiveni Rabuka au Parlement à Suva à l'issue d'une réunion avec le président chinois Xi Jinping. "J'anticipe une collaboration potentielle avec la Chine dans le cadre de cette entreprise", a ajouté le dirigeant fidjien. 

Selon Pékin, des états "bons amis et partenaires" 

Invité à commenter les déclarations de Sitiveni Rabuka, Pékin a qualifié les deux états de "bons amis et partenaires". "Les deux pays ont mis en place une coopération concrète dans des domaines variés, incluant les infrastructures, afin de stimuler le développement économique et social" des îles Fidji, a déclaré Mao Ning, porte-parole du ministère des affaires étrangères. Pékin "s'est engagé à aider" ces "nations à revitaliser leurs moyens d'existence et à améliorer leur développement", a-t-elle ajouté. 

Selon le ministère chinois des Affaires étrangères la semaine dernière, M. Xi s'est engagé à aider les Fidji à protéger "leur sécurité et leur souveraineté" et à coopérer en matière d'infrastructures, lors de sa rencontre avec M. Rabuka en marge du sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec) à San Francisco.

Prudence en matière de sécurité chinoise ... pour le moment

Interrogé sur le rôle de la Chine en matière de sécurité dans le Pacifique Sud, lors d'une visite en Australie le mois dernier, Sitiveni Rabuka avait déclaré qu'il préférait traiter avec des "amis traditionnels" démocratiques. Le Premier ministre fidjien avait en outre préconisé la création d'une "zone de paix" dans la région. En mai 2022, dix nations du Pacifique, parmi lesquelles Fidji,  avaient déjà rejeté un vaste accord proposé par Pékin sur la sécurité régionale, doutant des ambitions de la Chine. 

Les puissance occidentales en alerte 

Une période durant laquelle les puissances occidentales se sont particulièrement alarmées après la signature d'un vaste accord de sécurité entre la Chine et les îles Salomon, dont les détails n'ont pas été révélés. Mais les deux pays ont nié que le pacte conduirait à l'établissement d'une base militaire chinoise. Pour contrer cette avancée asiatique, les Etats-Unis avaient annoncé un nouveau fonds de 810 millions de dollars pour aider les îles voisines et y accroître leur présence diplomatique, sur fond de rivalité avec l'Empire du milieu dans cette région stratégique.