La course du rein célèbrera ses dix ans dimanche

sport
Course du rein 2020
La dixième édition de la course du rein se déroulera dimanche, au parc fayard de Dumbéa. Plus de 400 personnes y sont attendues, pour sensibiliser au don d’organes. Une initiative portée par l’association « un nouveau départ pour la vie ».

Les coureurs greffés, dialysés, ou encore volontaires, auront à coeur de donner le meilleur dimanche au parc Fayard de Dumbéa, afin de porter le message solidaire du don d’organes.

"Une course familiale et conviviale"

La course du rein célèbrera cette année ses dix ans, l’occasion pour l’association à l’origine de l’événement "un nouveau départ pour la vie", de modifier le lieu de la course. "Le terme course du rein vient de la course du coeur, qui existe en Métropole depuis plusieurs années. Comme ici on ne faisait que la greffe de rein, on a décidé d’inventer notre course", précise Christel Briault, présidente de l’association.  

Deux parcours seront proposés : un parcours d’1,5km pour les moins de 12 ans et un second de 4,5 km pour les adultes. "C’est une course familiale et conviviale", poursuit la présidente de l’association. 

Réunir autour du don d'organes

Sur le territoire, plus d’une cinquantaine de personnes sont sur la liste d’attente pour un greffon. Un chiffre, qui ne cesse d’augmenter. "Le but, c’est de réunir les gens autour de la cause du don d’organes et de rein. Sur le territoire, il y a énormément de dialysés, près de 800. C’est beaucoup, pour un petit pays comme le nôtre", ajoute Christel Briault.

"On a pratiquement 200 personnes greffées, donc il faut que les gens soient sensibilisés. Qu’ils sachent ce qu’est l’insuffisance rénale, où est-ce que cela conduit. Malheureusement, ça conduit à la dialyse et le meilleur traitement de la dialyse, c’est la greffe". 

Les fonds récoltés dimanche serviront à financer les différents projets de l’association, notamment le Café partage, qui aura lieu au mois d’octobre. La fin des inscriptions pour la course est prévue ce jeudi, sur inlive.nc.

Le reportage de William Lecren