La CSTNC souhaite un audit de la SLN et une reprise des chargements sur mines

nickel
CSTNC
©Martine Nollet

La CSTNC, la confédération syndicale des travailleurs de Nouvelle-Calédonie, quatrième syndicat représentatif du territoire, interpelle les décideurs sur l’avenir de la SLN. Elle formule deux voeux.

"La vieille dame est à l’agonie" tels sont les mots forts prononcés ce jeudi, par la CSTNC, par la voix de Sylvain Néa, son secrétaire général.

Un audit pour la SLN

La confédération propose un audit mandaté par l’état et souhaite une analyse économique. "Un audit digne de ce nom mandaté par l'Etat pour faire une analyse complète de la SLN pour savoir comment nous en sommes arrivés à ça... l'analyse économique et sociale et bien sûr, des préconisations pour l'avenir. Les seuls qui peuvent faire ça, c'est l'Etat français. On est encore un pays français, je le dis avec fierté même si je suis indépendantiste. Seul l'Etat français peut trouver des solutions à notre problème. La France est quand même la quatrième puissance mondiale, donc ce n'est pas n'importe quoi" explique Sylvain Néa.

Le chargement des minéraliers

Autre demande formulée par la CSTNC : celle de la reprise des chargement des minéraliers pour approvisionner la SLN. 

Pour les collectifs, et pour la plupart on les connaît, parce que ce sont des gens de la brousse, je leur demande simplement que la SLN est en agonie... je demande aux collectifs de charger les bateaux pour les besoins de la SLN. Que ce soit dans le cadre de l'indépendance ou non-indépendance, on a besoin d'une entreprise qui fonctionne mais pas une entreprise qui est morte. La question que l'on se pose : est-ce que ce n'est pas déjà trop tard ? Mais l'espoir est là.

Sylvain Néa

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live