La diaspora néo-zélandaise peut rentrer au pays sans isolement obligatoire

coronavirus
Retrouvailles entre Néo-Zélandais après la levée de certains restrictions sanitaires aux frontières ©DAVID ROWLAND / AFP
Des Néo-Zélandais bloqués à l'étranger par la pandémie sont rentrés chez eux avec force larmes et embrassades lundi, alors que le pays commençait à lever certaines de ses restrictions sanitaires aux frontières qui figuraient parmi les plus rigoureuses au monde.

"Bienvenue à la maison, ma fille chérie" : à l'aéroport d'Auckland, des parents retrouvaient des êtres chers autorisés à entrer dans le pays sans quarantaine obligatoire dans les hôtels, pour la première fois depuis près de deux ans.

La Première ministre Jacinda Ardern a qualifié de réjouissant ce changement. "Nous sommes impatients de vous voir", a déclaré Mme Ardern à la presse à Wellington, ajoutant qu'il s'agissait d'une "étape importante pour notre secteur touristique et nos économies régionales".

Réouverture des frontières totale en juillet 2022

Jusqu'à présent, les Néo-Zélandais expatriés entrant dans le pays devaient subir dix jours d'isolement dans des hôtels coûteux. Cette exigence a été abandonnée lundi pour les Néo-Zélandais arrivant d'Australie, et sera étendue à tous les expatriés vendredi.

Le gouvernement prévoit également d'accélérer la réouverture progressive de la frontière à tous les voyageurs, même si aucun calendrier n'a encore été fixé. La période de juillet est évoquée sur les réseaux sociaux, alors que le mois d'octobre avait été retenu initialement.

Les contrôles stricts aux frontières ont été un élément clé du succès de la Nouvelle-Zélande dans la lutte contre le coronavirus, avec seulement 56 décès enregistrés pour une population de cinq millions d'habitants.