La ligue d’escalade de Nouvelle-Calédonie menacée financièrement

escalade
Ligue escalade Covid
Elle fait partie des associations sportives les plus touchées par la crise Covid. La ligue d’escalade qui fonctionne essentiellement sur fonds propre est en difficulté financière. Elle va lancer une procédure de sauvegarde de son activité.

Ils risquent à terme la cessation de paiement. Alors les dirigeants de l’escalade, enchaînent les rendez-vous. Leur sport qui ne bénéficie que de 10% de subventions publiques depuis 8 ans, est particulièrement affecté par les épisodes Covid.

"Il nous faut quatre mois pour nous remettre en selle"

Après le gouvernement, ils rencontraient ce lundi la Province Sud. "On a aucune entrée et à chaque fois qu’on ferme, globalement, il nous faut quatre mois pour nous remettre en selle. Je parle économiquement, au niveau de notre chiffre et pour pouvoir assurer les salaires. Là, on va être fermés pendant trois mois", précise Philippe Boquet, président de la ligue d’escalade.

Leur demande : une exonération des charges sociales jusqu’en mars 2022, la prise en compte rapide du chômage partiel, et le versement d’avances de trésorerie. Requêtes sur lesquelles les institutions ont travaillé, dans le monde du sport et de la culture.

"On modifie notre délibération, pour pouvoir les inclure, avec un certain nombre de critères pour les traiter de la même façon que l’on traite les entreprises du privé. C’est-à-dire des aides qui sont liées au nombre de personnes et des prises en charge d’une partie des frais fixes de ces associations, pour leur permettre de passer cette crise", explique Gil Brial, 2e vice-président de la province Sud, en charge de la jeunesse et des sports.

Ligue escalade Covid 2

 

Dix salariés payés sur fonds propres

Avec 100 000 entrées par an, l’escalade a du succès. Mais pour gérer les sites de Magenta et Dumbéa accueillant licenciés, public scolaire et personnes handicapées, 10 salariés, payés sur fonds propres sont nécessaires. Chaque période Covid, est un coup reçu de plein fouet.

Surtout en mars pour la rentrée, et en septembre, où l’on renouvelle les licences. "Tous les scolaires n’ont pas pu reprendre tout de suite l’activité. On a eu beaucoup d’annulations, parce que les cycles étaient coupés. On a vraiment tourné en sous régime cette année", regrette de son côté Bassa Mawem, directeur de l’équipe technique régionale d’escalade.

Un dossier doit être déposé au tribunal du commerce à la fin du mois. Il permettra à la ligue de se mettre sous sa protection. "Ça va durer six mois, donc c’est plutôt une période intéressante. Ça nous permet de ne pas payer nos dettes pour l’instant, d’attendre six mois, et de les geler. Pour remettre en ordre de marche la ligue", ajoute Philippe Boquet, président de la ligue. 

L’activité, elle, va reprendre dès ce mardi. Un appel à des bénévoles a été lancé, pour encadrer des groupes jusqu’à 15 personnes. 

Le reportage de Martin Charmasson et Christian Favennec :

©nouvellecaledonie