La maison Célières met à l'honneur les jardins d'antan

exposition
La maison Célières
La maison Célières, au Faubourg Blanchot, à Nouméa. ©Claude Lindor / Nc la 1ere
Ce sont des jardins extraordinaires que vous avez peut-être connu : les jardins calédoniens de nos grands-mères, où chacun s’appliquait à démontrer qu’il avait la main verte que ce soit avec les plantes d’ornement ou avec son potager. Cet été, l’association Témoignages d’un passé a décidé de rendre hommage à ces jardins, en leur consacrant une exposition.

Un coq qui chante, des chats qui se dorent au soleil et des plantes par centaines… la maison Célières du Faubourg Blanchot, typique des habitations calédoniennes avec son jardin d’ornement à l’avant et son potager à l’arrière était l’écrin idéal pour accueillir une exposition sur les jardins d’antan.

"C'était déjà beaucoup de travail"

Des jardins entretenus à la main, et qui demandaient beaucoup de travail, comme l’explique Marie-Claire Marie, bénévole de l’association Témoignage d’un passé. "Il y avait beaucoup d’allées en gravillon, des massifs, des parterres bien nets, ronds, carrés etc… C’était déjà beaucoup de travail. Et ça, ce n’était que pour le jardin d’agrément, puisqu’on avait aussi les jardins utilitaires, puis le potager et on avait aussi les arbres fruitiers", explique la bénévole.

Ces jardins on y travaille, mais on y vit aussi. Les photos collectées par Témoignage d’un passé y montrent des enfants rieurs, des femmes décorsettées… bref, des instants de bonheur quotidien. "Il y a l’aspect détente, où on a sorti le mobilier dans le jardin. Les dames s’activent à leurs ouvrages de couture ou de broderie. C’est un moment de détente et de discussion", assure Marie-Claire Marie. 

L’urbanisation galopante a eu raison de la plupart de ces jardins, du moins à Nouméa. Celui de la maison Célières se visite toute l’année. L’exposition de photos d’antan se termine, elle, le 5 février prochain.

Exposition Jardins d'antan à la maison Célières

Voyez aussi le reportage de Nathan Poaouteta et Claude Lindor : 

©nouvellecaledonie