La Nouvelle-Zélande pourrait garder ses frontières fermées une bonne partie de l'année

océan pacifique
Jacinda Ardern et Chris Hipkins face à la presse, le mardi 26 janvier.
Jacinda Ardern et Chris Hipkins face à la presse, le mardi 26 janvier. ©Capture Facebook Jacinda Ardern

La Première ministre kiwie l'a laissé entendre ce mardi : les frontières de la Nouvelle-Zélande risquent de rester fermées une grande partie de l'année. Le temps de mesurer l'impact, à l'échelle mondiale, des campagnes de vaccination anti-Covid.

Ce week-end, la Nouvelle-Zélande détectait son premier cas de Covid depuis plus de deux mois. Et selon Jacinda Ardern, cela témoigne du danger que constitue toujours le nouveau coronavirus pour un pays qui a, jusqu'ici, largement réussi à contrôler l'épidémie.

Compte tenu des risques dans le monde et de l'incertitude quant aux campagnes internationales de vaccination, nous pouvons nous attendre à ce que nos frontières soient affectées sur une large partie de l'année.

- Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise

 

Citoyens

Depuis mars, les frontières sont fermées aux voyageurs étrangers. Seuls les citoyens sont autorisés à entrer sur le territoire. A ce jour, la Nouvelle-Zélande (cinq millions d'habitants) totalise moins de deux mille cas, et un total de vingt-cinq décès ont été imputés à la pandémie.

«Travel bubbles»

En l'absence de touristes étrangers, la Nouvelle-Zélande continuera d'autoriser les déplacements dans le cadre des «bulles de voyage» avec l'Australie, et les nations du Pacifique qui ont réussi à contenir le coronavirus. C'est ce qu'a indiqué la cheffe du gouvernement kiwi.

Regret

Laquelle regrette la décision de Canberra, de suspendre la «bulle» qui permettait aux ressortissants des deux pays d'être exemptés de quarantaine. C'était après l'apparition de ce cas local de contamination. Avec «une "travel bubble", les gens doivent avoir l'assurance que les frontières ne seront pas fermées dans un délai très court, pour des incidents que nous pensons pouvoir bien gérer au niveau national», a réagi Jacinda Ardern.

Air conditionné ? 

Le ministre néo-zélandais de la Santé, Chris Hipkins, a précisé que quinze contacts proches de la femme infectée ne sont pas porteurs du virus, qui a été identifié comme la variante sud-africaine. Il a ajouté que désormais, des recherches sont effectuées pour savoir comment la transmission s'est faite, pendant sa quarantaine de quatorze jours. En évoquant le système d'air conditionné de l'hôtel.