La parvovirose, un danger pour les chiens

animaux
chien
©Laura Schintu

Onze chiots sont morts de la parvovirose à la fourrière début décembre. Cette maladie, contagieuse et dangereuse pour les chiens, s'attaque à leurs intestins et peut causer la mort de l'animal. Pour ne pas en arriver là, il suffit de faire vacciner son chien. 

La parvovirose est une maladie extrêmement contagieuse et dangereuse pour les chiens. Elle s'attaque à leurs intestins et peut causer jusqu’à l’arrêt total de leur fonctions. 

Premiers signes de la maladie 

Les premiers temps, l'animal est abattu, il a de la fièvre et arrête de manger. Des symptômes auxquels il faut être attentif.

Très rapidement des vomissements apparaissent. Quelques jours après, en signe de l’atteinte intestinale, l'animal déclenche une diarrhée qui contient du sang.

- Colette Arpaillange, vétérinaire

 

Un vaccin existe

La mortalité de ce virus n’est pas une fatalité pour nos amis à quatre pattes. Les vétérinaires conseillent de faire vacciner l'animal pour le protéger

Transmission de la parvovirose 

La parvovirose est présente en Calédonie de façon permanente. Il est donc très facile pour un chien de l'attraper, lors d'une balade en extérieur. 

Le virus est extrêmement résistant en milieu extérieur, il se transmet par les selles et prolifère rapidement. 

- Colette Arpaillange, vétérinaire

 

La SPANC est vigilante 

La SPANC, qui accueille les chiens, est particulièrement vigilante vis-à-vis de cette maladie. La mise en place de pédiluves pour le personnel est donc nécessaire pour assurer la sécurité sanitaire des chiens.

Quarantaine obligatoire

Les chiots qui arrivent dans leurs locaux passent par une quarantaine obligatoire. Les soigneurs l'isolent le temps de vérifier qu'il n'est pas atteint de parvovirose.
 

Il faut empêcher la dispersion des germes et la prolifération du virus. La quarantaine est essentielle et s’associe à la mise en place de règles bien spécifiques pour minimiser les risques sanitaires.

- Michel Gautier, président de la SPANC

 

La vaccination reste malgré tout le meilleur rempart contre la maladie.