Laurent Fath, champion de France de Supermotard !

sportncla1ère
Laurent Fath a passé la ligne d'arrivée en wheeling pour son premier sacre national.
Laurent Fath a passé la ligne d'arrivée en wheeling pour son premier sacre national. ©Outre Mer La 1ère
Déjà sacré au niveau mondial en équipe, le Calédonien est allé chercher son premier titre national individuel. Il a survolé les deux épreuves d'un championnat raccourci en raison de la Covid-19. 

150 points sur ... 150 possibles

 
Le n°98, Laurent Fath, a dominé la concurrence sur le circuit de la Versenne.
Le n°98, Laurent Fath, a dominé la concurrence sur le circuit de la Versenne. ©Luc1 Motorsport

En l'espace d'un mois, sur les deux épreuves support de ces championnats de France, "Fatal" comme il est surnommé n'aura laissé aucune miette. Il a dominé une saison réduite, mais bien réelle, dans cette discipline réservée aux motos de 300 à 750 centimètres cubes, lancées sur des circuits composés à 70% de bitume, et à 30% de terre. 
Début août : le Cagou décroche la pôle positon sur le circuit de Juvaincourt dans les Vosges, et gagne les deux manches suivantes. Premier week-end de septembre : il signe le meilleur chrono des essais sur le circuit de la Versenne dans le Doubs, et remporte largement les deux manches de 15 puis 20 minutes, plus un tour. Bilan : 150 points sur 150 possibles et un sacre qu'il espérait depuis ses débuts en Supermotard en 2015.
 
©Luc1 Motorsport


Leader d'une nouvelle génération


Au fil du temps, en métropole, le pilote de l'écurie Luc1 a su se frotter aux meilleurs, et même gagner à leurs côtés deux titres mondiaux par équipe. Sur le plan national, en revanche, il n'a pas réussi à détrôner les deux "monstres" de la spécialité : Sylvain Bidart, septuple champion de France, et Thomas Chareyre, septuple champion du monde. Des pilotes plus âgés et expérimentés, qui n'ont pas participé cette saison. Laurent Fath a en tout cas démontré qu'il était le leader de la nouvelle génération. 
Il avait dominé le jeune corse Nicolas Cousin lors de la première étape du championnat de France à Mirecourt (11 secondes d'avance) et a su distancer lors de la seconde, à Villars sous Ecot, le 4e du Supermotard 2019, Florian Catrice, et le champion d'Europe S2 martiniquais, Emerick Bunod.
Désormais, le licencié du MC Poya Népoui n'a qu'une hâte : rentrer voir les copains en Nouvelle-Calédonie. Départ de la métropole, jeudi. 

Le point avec Martin Charmasson 
©nouvellecaledonie