Le Betico paré pour une reprise de ses rotations vers les îles

transports
Betico 2 à quai oct 2016
©JS
La Sudiles a mis à profit les semaines de confinement pour faire de la maintenance et peaufiner son dispositif de sécurité en pleine période de l’épidémie de Covid-19. Le navire n’attend plus que de reprendre la mer.
C’est un hall d’accueil totalement revisité. Désormais, plus de foule de voyageurs à l’enregistrement, les accompagnateurs ne seront plus acceptés dans l’enceinte du bâtiment. Le protocole est strict pour respecter la distance d’un mètre de sécurité entre chaque passager. 
« Nous avons un cheminement qui est modifié » explique Sébastien Gibert, le capitaine d’armement. « Les personnes qui seront à bord du navire ne seront que les personnes qui vont voyager à bord du Betico 2, on va refuser les accompagnateurs. Des personnels de sécurité vont contrôler les personnes qui vont rentrer dans la gare, la désinfection des mains va aussi être faite à ce moment là ». 
Un protocole de sécurité sanitaire sur-mesure du hall jusqu’à l’embarquement et même à l’intérieur du navire. Les voyageurs n’auront pas d’autres choix que de se conformer aux mesures. 
 

Des places attribuées et limitées

Pas question cette fois-ci pour les usagers de s’installer comme bon leur semble. Les matelots seront là pour les aiguiller jusqu’à leur siège.
« Vous arrivez sur le bateau, nous allons vous proposer un emplacement, vous allez être guidés. Il faudra bien informer le personnel si vous êtes des familles, il n’est pas nécessaire dans ces cas là de procéder à une distanciation  sociale ».
Le nombre de places est également limité à bord. « Aujourd’hui, on a réduit presque de moitié la capacité du navire. On est passé de 355 passagers à bord du bateau à environ 180 ». 
De nouvelles mesures qui forcément prolongent la durée d’embarquement. Mais la compagnie joue la carte de la sécurité de ses passagers. 
Betico en traversée extérieur
©NCla1ère
 

De lourdes pertes

Le Betico qui n’a pas été épargné par le confinement, doit reprendre ses rotations avec les îles. Un mois complet sans rentrée d’argent dans les caisses, çà pèse dans les finances. A ce jour, les pertes sont évaluées à 45 millions de francs CFP. 
« Si on ne redémarre pas avant la fin du mois d’avril, on va atteindre à peu près les 60 millions de recettes non perçues » explique Edouard Castaing,  le directeur de la Sudiles. « Et pour une petite structure comme nous, avec une trésorerie très faible, en fait c’est compliqué à gérer parce qu’on est vraiment dans l’attente d’une reprise pour recommencer nos activités ». 
Le navire est totalement prêt pour l’embarquement. La suite est plus compliquée. Le retour des rotations est conditionné par l’acceptation des autorités coutumières d’accoster le Betico sur les îles Loyauté et à l’île des Pins. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live