Le Congrès de la Nouvelle-Calédonie renouvelle son bureau le 30 août

congrès de nouvelle-calédonie
618b44f124607_congres-1-web.jpg
Façade du Congrès de la Nouvelle-Calédonie. ©Gédéon Richard / NC la 1ère
Qui présidera le Congrès ? L'assemblée délibérante de la Nouvelle-Calédonie se réunira à Nouméa en séance solennelle le mardi 30 août, à 9 heures. Principal enjeu, la succession de l'indépendantiste Roch Wamytan.

Le perchoir du boulevard Vauban va-t-il rester occupé par un indépendantiste ? Quelle(s) candidature(s) loyaliste(s) ? Comment les élus Eveil océanien vont-ils se positionner ? Qui dirigera la commission permanente ? Autant de questions qui se posent et qui devraient trouver réponse le mardi 30 août. Date à laquelle le Congrès doit renouveler son bureau.  

Ce sera lors d’une séance solennelle qui verra l’élection :

  • du président ou de la présidente ;
  • des huit vice-président(e)s, deux secrétaires et deux questeurs ;
  • des membres de la commission permanente ; 

  • des membres des commissions intérieures ;
  • sans oublier la désignation des représentants du Congrès au sein des organismes extérieurs. 

Echéance pour les candidatures

Concernant la succession du président actuel, Roch Wamytan, les candidatures pourront être déclarées jusqu’à l’ouverture du scrutin. Pour les autres membres du bureau, il s’agira d’un scrutin de liste. Listes qui peuvent être déposées au secrétariat général du Congrès au plus tard le lundi 29 août à 9 heures. Même échéance pour les listes de candidats à la commission permanente, laquelle désignera ensuite son propre bureau - elle est actuellement présidée par Milakulo Tukumuli (EO). Rappelons que ce renouvellement aurait dû se dérouler fin juillet mais qu’il a été décalé à la fin août. La décision a été votée fin juin via un amendement déposé par l’Uni et soutenu par l’UC-FLNKS et Nationalistes et l’Eveil océanien.

Retour en juillet 2021

La précédente élection du président a été marquée, en juillet 2021, par la non-entente entre groupes loyalistes, avec la présence face à Roch Wamytan des deux candidates Calédonie ensemble et Avenir en confiance. L’élu Union calédonienne, unique candidat indépendantiste, obtenait alors le perchoir pour la quatrième fois (dont trois d'affilée), par 29 bulletins contre six à Annie Qaeze (CE) et sept à Virginie Ruffenach (AEC). Sans oublier douze bulletins blancs, révélant qu’une partie du groupe Avenir en confiance s’est désolidarisée de sa présidente. Un an plus tard, la répartition des forces a quelque peu changé : apparition d’un groupe Loyalistes de douze conseillers, qui a intégré Nicolas Metzdorf, retour des Eveil océanien en élus sans étiquette, ou encore suspension de Marie-Lina Sakilia du groupe UC-FLNKS.