Le nickel s'envole et franchit le seuil des 20.000 dollars : les stocks mondiaux au plus bas

nickel
NICKEL
Tableau de cotation des métaux industriels et du nickel (Bourse des métaux de Londres) ©Alain Jeannin
Les prix du nickel sur le London Metal Exchange ont atteint un nouveau sommet provisoire, culminant à 20.255 dollars la tonne, dans le cadre d'une tendance à "une hausse générale précoce devant le risque de pénurie", précise le Metal Bulletin de Londres, site de référence de l'industrie des métaux.

"It’s blazing ! "  (ça flambe). Tel est le cri du cœur poussé par un courtier du nickel jeudi soir au LME. Le prix à trois mois du métal de l'acier et des batteries était 2,76 % plus élevé que son prix de clôture de 19.713 dollars la tonne la veille au soir. Le nickel a franchi le seuil symbolique des 20.000 dollars...

Les restrictions liées au Covid-19 en Indonésie affectent désormais les plans d'expansion de la production de fonte brute au nickel. La montée en puissance de la capacité indonésienne devrait se produire plus lentement que prévu. 

Selon un consensus d’analystes (Macquarie-CRU-Sumitomo) la production mondiale, incluant la Nouvelle-Calédonie, devrait enregistrer un déficit de 127.000 tonnes de nickel métal cette année.

Des analystes du LME s’interrogent également sur la situation dans l’industrie, malgré les décisions rapides et la mobilisation des autorités calédoniennes, du gouvernement français et des entreprises du secteur pour stopper la progression du Covid-19.

Le monde manque de nickel et le marché scrute la moindre information comme le lait sur le feu. Ainsi, de cet incident qui serait survenu chez KNS. Une nouvelle péripétie concernant le four numéro 2 aurait provoqué l’arrêt de la production cette semaine. La direction de Koniambo Nickel n’a pas confirmé. KNS, c'est l'usine de Glencore, le négociant industriel est l'un des principaux acteurs des métaux et du nickel à la City de Londres.

Tout semble favoriser la montée du nickel dans un contexte de quasi-pénurie et malgré les craintes concernant l’économie chinoise. Le précédent sommet du nickel,  "l'additif de l’acier inoxydable" depuis le début de l'année avait été atteint en février.

Parmi les facteurs qui ont donc poussé les prix du nickel à la hausse, on trouve la baisse des stocks mondiaux, l’offre insuffisante, la demande pour les batteries électriques, le positionnement haussier des fonds spéculatifs et les réductions de production d'acier inoxydable, "avec l'idée que les sidérurgistes notamment chinois vont augmenter leur production avant les réductions", a déclaré jeudi matin William Adams, responsable de la recherche sur les métaux de base et les batteries chez Fastmarkets.

Du côté des stocks, un nouveau retrait de 2 478 tonnes de nickel des entrepôts du LME a eu lieu jeudi, les stocks – 118 740 tonnes - étant désormais à leur plus bas niveau depuis décembre 2019. Le métal a été brusquement retiré des entrepôts de Kaohsiung à Taïwan, de Johor en Malaisie et de Singapour. 

"Ce sont toutes des dynamiques connues qui soutiennent des prix élevés, mais la hausse plus élevée suggère la peur de manquer de nickel et cette peur gagne du terrain. Peut-être que les traders et les consommateurs se bousculent pour acheter en premier avant que les prix ne montent davantage", a déclaré Andy Farida, analyste chez Fastmarkets, jeudi matin.

LME Nickel cours provisoire à 17:40 GMT le 09/08/2021 : 20.229 dollars la tonne +2,76%