Législatives : le Rassemblement national présente ses candidats

élections
Les candidats du Rassemblement national aux législatives, en Nouvelle-Calédonie. Législatives 2022
Ursula Haoa et Malia Finaulagi-Nila sont les suppléantes d'Alain Descombels et de Guy-Olivier Cuénot. ©Lina Waka-Ceou / NC la 1ère
Il espère bien surfer sur la dynamique de la présidentielle, qui a vu Marine Le Pen arriver au second tour. Le Rassemblement national a dévoilé, mercredi 11 mai, le nom de ses candidats aux législatives en Nouvelle-Calédonie. Des profils connus et moins connus, dont une suppléante indépendantiste qui donne le ton.

Riches et unis, ce sont les deux maîtres-mots qui dominent le projet du Rassemblement national (RN) pour la Nouvelle-Calédonie. En matière d'unité, le parti se lance dans la bataille des législatives avec deux femmes issues de la grande communauté océanienne, aux côtés de Guy-Olivier Cuénot et d'Alain Descombels.

Malia Finaulagi-Nila est Wallisienne, travaille comme assistante maternelle et elle est la suppléante de Guy-Olivier Cuénot, dans la première circonscription. Quant à Ursula Haoa, elle est métisse kanak, mère de quatre enfants et indépendantiste. Suppléante d'Alain Descombels dans la seconde circonscription, elle estime que la lutte contre la pauvreté et le premier des combats. "Je condamne la politique des élus indépendantistes, qui, en dehors de leurs privilèges, ne se sont pas occupés du peuple et de la jeunesse, pendant tant d'années. Alain, lui, vous démontrera comment les élus loyalistes ont vidé les caisses de nos institutions et ont avantagé leurs copains, depuis plus de 30 ans maintenant", intervient-elle.

Loyalistes et indépendantistes renvoyés dos à dos

Et la richesse, selon le RN, c'est d'opter pour le changement. Le parti renvoie dos à dos loyalistes et indépendantistes qui ont mené "le pays au bord du précipice". De plus, "il faut remettre l'Etat devant ses responsabilités".

"On va demander à ce que l'on double les budgets de la police, de la justice et de l'armée. Il faut doubler ces budgets parce que nous sommes mal protégés. Les Calédoniens sont très très mal protégés. Il y a trop de délinquance, il y a trop de morts sur les routes. On a une justice qui est dans une état lamentable", avance Alain Descombels. "Il faut que l'Etat français se rende compte qu'en Nouvelle-Calédonie, ce ne sont pas des sous-citoyens. Nous avons une richesse qui est le nickel. Il est important qu'à Paris, ils se rendent compte qu'on ne se laisserait pas faire."

Un programme attendu dans la semaine

Fort de son implication lors de la fronde populaire contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire, Guy-Olivier Cuénot se targue d'avoir une vision pragmatique du quotidien des gens. "Quand on a un emploi, on peut faire des projets, on peut améliorer aussi son pouvoir d'achat et c'est quelque chose qui nous lie tous. Qu'on soit des îles ou de Nouméa, c'est vraiment une problématique importante", défend-il.

Les détails du projet du Rassemblement national seront donnés, cette semaine. Les candidats ont prévenu qu'ils sillonneraient le pays pour l'expliciter auprès des électeurs.

Retrouvez, ci-dessous, le reportage de Thérèse Waïa et Lina Waka-Ceou :

©nouvellecaledonie