Le secteur du BTP touché de plein fouet par la crise

btp
retro economie btp
©NC la 1ere
Le BTP va mal depuis plusieurs années, mais aujourd’hui il est confronté à une crise profonde. Un tiers des entreprises qui déposent le bilan appartiennent au secteur du bâtiment. Les syndicats des salariés et des patrons sont inquiets pour l’avenir.

Camions, pelleteuses, rouleaux compresseurs, des engins à l’arrêt depuis quatre mois. Les Entreprises réunies, société spécialisée dans les travaux publics, est en liquidation judiciaire. Après deux ans de redressement et des dettes colossales, le PDG a décidé de fermer. "Il y a moins d'appel d'offres, moins de travaux d'investissements prévus. Il y a, bien sûr, plus de concurrence", explique Bernard Hartmann, PDG des entreprises réunies.

La dette a augmenté petit à petit et à un moment j'ai été obligé de demander la liquidation de la société.  

Bernard Hartmann, PDG des entreprises réunies

 

Les Entreprises réunies, est l’une des plus anciennes sociétés de BTP de Calédonie, puisqu’elle a été créé en 1975. Aujourd’hui, ce sont 22 personnes qui se retrouvent au chômage. "J'ai signé ma lettre de licenciement la semaine dernière, raconte Soane Mauvaka, délégué syndical des entreprises réunies - Soenc BTP.  Le gouvernement n'est pas là pour aider. Et je pense qu'il n'y a pas que nous qui allons être en liquidation." 

Un tiers des entreprises, qui met la clé sous la porte, fait partie du secteur du BTP. Une situation de crise qui dure depuis une dizaine d’années. En cause, notamment, les deux référendums successifs et un troisième à venir. "C'est une crise qui s'est installée tout doucement. Mais qui s'accélère encore avec le troisième référendum qui arrive en fin d'année, s'inquiète Silvio Pantoni, président de la fédération calédonienne du BTP. Le problème que nous on ne peut pas attendre. On a besoin d'avoir de la visibilité."

Aucune réponse concrète

Avec 4000 emplois perdus en quatre ans, les syndicats des salariés s’inquiètent. Le bureau du Soenc BTP était réuni en assemblée générale pour réfléchir à des solutions pour sauver les emplois. Les organisations syndicales et patronales du BTP ont déjà pris des contacts avec les responsables politiques, mais pour l’instant ils n’ont reçu aucune réponse concrète. Un dossier en souffrance que le prochain gouvernement devra traiter en urgence.

Le reportage de Brigitte Whaap et Nicolas Fasquel :