Le syndrome d’alcoolisation foetale : un enjeu de société

consommation
Ventre de femme enceinte
Encore de nombreuses femmes boivent de l'alcool durant leur grossesse. Cette consommation, qui peut provoquer de graves conséquences sur le développement d'un enfant, porte un nom : le syndrome d’alcoolisation foetale. On vous en dit plus.

La règle est simple : aucune goutte d'alcool ne doit être consommée durant la grossesse. Pourtant, de nombreuses femmes continuent de boire durant cette période. Une consommation qui porte un nom : le syndrome d’alcoolisation foetale et qui devient au fil des années un véritable enjeu de société. 

Qu'est-ce que le syndrome d'alcoolisation foetale ? 

 

L'exposition prénatale à l'alcool aussi appelé syndrome d'alcoolisation foetale, se décrit par une consommation d'alcool durant la grossesse. À savoir qu'il n'existe pas de dose d'alcool pour laquelle la santé du bébé n'est pas menacée. La consommation d'alcool peut engendrer des conséquences dramatiques sur le développement de l'enfant, comme par exemple, des troubles de l'apprentissage, du developpement et du comportement.

Pour Thierry Corré, sage-femme il ne faut pas déroger à la règle du "zéro alcool" : 

Une petite cuite de temps en temps, en temps habituel, on sait que ce n’est pas catastrophique, pendant la grossesse, c’est zéro alcool, c’est strictement interdit. Il faut se dire 'je protège mon enfant pour qu’il soit en bonne santé et je reprendrai la vie que je veux après'.

Thierry Corré, maïeuticien


Un enjeu de société

L’enjeu est énorme, en métropole, le syndrome d’alcoolisation foetale est la première cause non génétique de retard mental. Pour les pouvoirs publics, l'important est de transmettre ce message. C'est l'objectif de Rosine Ory Behari, présidente de l’association des femmes de Kouergoa à Boulouparis, elle sert de relais aux jeunes de sa tribu :

Que ce soit des jeunes ou plus âgées, les femmes boivent beaucoup parce qu'elles n’ont pas connaissance des conséquences. Elles ont besoin de prévention, de vidéos démonstratives pour qu'elles puissent voir que c'est concret.

Rosine Ory Behari


L’autre enjeu est statistique : pour le moment, il n’existe aucune étude sur le syndrome d’alcoolisation foetale en Nouvelle-Calédonie. 

Reportage de Mathieu RUIZ BARRAUD