Le tourisme kunié encore en convalescence

tourisme
Tourisme ile des pins kanumera
La beauté des plages de l'Île des Pins ne suffit plus en ce moment pour que les hôtels fassent le plein. ©David Sigal/NC la 1ere
C’est un secteur qui est encore à la peine du côte de l’Ile des Pins. Entre crise économique et crise sanitaire, les 400 lits recensés ont du mal à se remplir et les disparités se font fortement sentir entre les établissements de standing et les structures plus modestes.

À l’heure du petit déjeuner, le restaurant d’un confortable hôtel de l’ile des pins se remplit. Fermé pendant trois mois au plus fort de l’épidémie de covid, ses propriétaires en ont profité pour effectuer des travaux de maintenance et de rénovation. Et en dépit d’un protocole sanitaire qu’il a fallu mettre en place, les réservations ont afflué dès le retour des liaison aériennes. Si bien que la moyenne du taux de remplissage, depuis les fêtes de fin d’année, tourne aux alentours de 70% selon la direction. "On a eu deux mois de saison haute où l’hôtel a été très demandé, détaille Jérémy Martin, directeur d’exploitation de l’Ouré Lodge. Mais à partir de maintenant, on sait qu’on va connaître une période habituellement un peu plus creuse avec la reprise scolaire et la météo. Mais la fréquentation de notre établissement reste correcte."

 

Difficile pour les petites structures

Autre son de cloches dans un camping de la baie des rouleaux. La structure est modeste et s’appuie sur un modèle de tourisme durable, entre terre et mer. En dépit des efforts de son propriétaire pour entretenir le site , les emplacements restent désespérément vides. La faute à la covid, aux aléas climatiques mais aussi à l’exploitation du Betico, qui a diminué ses rotations. Un problème car c’est par la mer qu’arrive ici quasiment la totalité de la clientèle. "Comme les rotations ont été minimisées, le Betico ne vient ici que le week-end, s’agace Gabriel Giozzi, propriétaire du camping de la baie des rouleaux. Les touristes qui veulent venir à l’île de Pins, je le vois mal arriver le samedi pour repartir le dimanche. Habituellement, on était plus sur des séjours de trois nuits."

 

Problème de météo

Et avec une nouvelle dépression en approche, Gabriel Gozzi ne devrait pas retrouver un peu d’air tout de suite. Il espère que  l’ensemble des institutions se mettra d’accord très vite sur un large projet de développement de l’Île des Pins et que la plage de la baie des rouleaux retrouve enfin ses touristes