Le vaccin anti-Covid mis en cause dans plusieurs décès : la DASS rassure les Calédoniens face aux effets secondaires

coronavirus
Opération vaccination Tiga 12 septembre seringue vaccin
©Clarisse Watue / NC La 1ère
Lors du point presse sanitaire de ce mercredi 27 octobre, Séverine Page, pharmacienne de santé publique à la DASS, a informé les Calédoniens sur le dispositif de pharmacovigilance déployé sur le territoire. Elle s'est penchée sur les dangers ou non de la vaccination. Explications.

Séverine Page, pharmacienne de santé publique à la DASS, l’a confirmé ce mercredi, un dispositif de pharmacovigilance est en place en Nouvelle-Calédonie. Il sert à suivre les effets indésirables suspectés sous médicament et notamment sous le vaccin Pfizer.

Pour ce dispositif de pharmacovigilance, les spécialistes étudient un cas, une personne ayant rapporté au moins un effet indésirable : fièvre, courbature, maux de tête. “Chaque cas se voit attribuer un score d’imputabilité : la relation de cause à effet. Ce score indique la probabilité plus ou moins forte que le médicament/vaccin est la cause de l’effet secondaire. Plus le score est faible, moins il est probable que le vaccin en soit la cause”, précise Séverine Page, pharmacienne de santé publique à la DASS. 

Afin d’identifier si oui ou non, le vaccin ou le médicament, a été néfaste à un cas, le dispositif se base sur plusieurs critères d'effets indésirables graves : le décès, la mise en jeu du pronostic vital, l’hospitalisation, l’invalidité permanente et l’anomalie congénitale. Un cas de pharmacovigilance peut présenter plusieurs critères d’effets secondaires. 

“Il est plus probable qu'une autre cause que l’administration du vaccin soit la raison de ces effets indésirables"

 

En Nouvelle-Calédonie, la DASS recense 174 cas, qui ont rapporté 287 effets indésirables au vaccin Pfizer. Ce qui fait environ 1,6 effets par cas. Au total, on compte 22 cas graves pour lesquels le vaccin est suspecté, 5 décès, 5 mises en jeu du pronostic vital, 14 hospitalisations, 2 invalidités permanentes, 1 cas considéré comme médicalement significatif par l’ANSM, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (traité comme important d’un point de vue médical). 

On note ainsi comme score d'imputabilité (chiffre qui rappelle si le vaccin ou non est la cause d'effets secondaires)  : 

  • 1 chance* sur 6 pour 3 décès
  • 2 chances sur 6 pour un autre décès 
  • Le 5ème est en cours d’évaluation 

“Il est donc plus probable qu'une autre cause que l’administration du vaccin soit la raison de ces effets indésirables. Bien que cela ne soit pas une certitude”, explique la professionnelle. La spécialiste est également revenue sur les retours d’expériences de patients covid en service réanimation : 

Tous, ont déclaré que s’ils pouvaient à nouveau avoir le choix entre les effets secondaires d'un vaccin et ce qu’ils ont vécu, ils choissiraient la vaccination.

Severine Page, pharmacienne de santé publique à la DASS

 

* Chance que le vaccin soit la cause des effets secondaires