Leptospirose : une épidémie d’une ampleur exceptionnelle

santé
Leptospirose
©DASS-NC

Les intempéries ont aussi des conséquences sur la santé des Calédoniens. Depuis le début de l’année, plus de 140 personnes ont ainsi contracté cette maladie. Deux patients en sont décédés. 

Avec environ 140 cas en à peine quatre mois, l’épidémie de leptospirose est d’une ampleur exceptionnelle cette année. La précédente épidémie de grande ampleur de cette pathologie transmise par l'urine des rongeurs et des mammifères date de 1999 avec 200 cas détectés en douze mois. Nul doute donc que 2021 va dépasser ce triste record.

"C’est énorme, pratiquement du jamais-vu", constate le docteur Anne Pfannstiel, médecin conseil de la Dass, interrogée par Charlotte Mannevy.  

Leptospirose itw Pfannstiel

Cas de leptospirose entre le 1er janvier 2020 et le 9 avril 2021
Cas de leptospirose entre le 1er janvier 2020 et le 9 avril 2021 ©DASS-NC
Nombre de cas et de décès de la leptospirose entre 1997 et 2021
Nombre de cas et de décès de la leptospirose entre 1997 et 2021 ©DASS-NC

Des symptômes difficiles à différencier

Maladie grave potentiellement mortelle, la leptospirose se soigne pourtant bien. Le problème, c’est que les premiers symptômes se confondent avec ceux de maladies bénignes. "En début de maladie, les signes de leptospirose peuvent ressembler à ceux de la dengue, et à ceux de certaines hépatites ou de la grippe", explique le Dr Pfannstiel. 

Donc de la fièvre, des douleurs articulaires, musculaires, digestives, mal à la tête, fatigue… Tous ces signes se ressemblent un peu.

Anne Pfannstiel

 

"La leptospirose, c’est dû à une bactérie, et une prise d’antibiotiques rapide peut éviter les complications et les décès des gens qui sont atteints de leptospirose, détaille-t-elle. Donc c’est vraiment important que les gens comprennent qu’il faut consulter rapidement pour qu’on puisse faire la différence dans les diagnostics."  

Des règles à suivre

Se faire dépister, et éviter aussi de s’exposer à la maladie. Car la bactérie est présente dans les eaux stagnantes et l’urine des rats. "Il faut éviter de marcher pieds nus dans les sols humides, boueux, éviter de se baigner dans les rivières où il y a de l’eau stagnante ou après les fortes pluies puisqu’il y a un lavage des sols et une concentration de la bactérie dans les eaux de baignade, ramasser les fruits mûrs sous les arbres pour éviter d’attirer les rats, mettre les déchets dans des poubelles qui ferment… Tout ça, c’est des précautions qu’il faut avoir", poursuit le Dr Anne Pfannstiel. 

Pas d’immunité

L’épidémie de leptospirose touche actuellement principalement le Nord et la côte Est, mais elle peut être contractée partout sur le territoire. Enfin, sachez que le fait d’avoir déjà eu la maladie n’immunise pas contre la bactérie.

L’hépatite A aussi

Les symptômes de la leptospirose ressemblent beaucoup à ceux de l’hépatite A. Une maladie virale qui gagne également du terrain. Elle a déjà touché 135 personnes depuis le début de l’année, dont une centaine chez les moins de 15 ans. Du jamais vu depuis quinze ans. 
Dans la plupart des cas, l’hépatite A est une maladie bénigne. Mais il faut la prendre au sérieux. En cas de complication, le foie peut être totalement détruit, nécessitant une greffe. Là encore, la contamination peut facilement être évitée par un lavage régulier et approfondi des mains.
Il existe également un vaccin qui protège à vie après deux injections. 

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry 

Pour en savoir plus sur la leptospirose :