Les brèves du Pacifique du 1er juillet 2016

océan pacifique
Norfolk
Les fameux pins de Norfolk. ©Southern Lightscapes-Australia/Getty Images
L'essentiel de l'actualité dans la région en bref : Norfolk est revenue dans le giron australien ; le gouvernement papou a 15 jours pour statuer sur les demandeurs d'asile de Manus.

Norfolk

Norfolk n'est plus un territoire autonome. Depuis ce 1er juillet, l'île est de nouveau directement gouvernée par l'État de Nouvelle-Galles-du-Sud et par le gouvernement fédéral australien. Selon Canberra, cela permettra aux habitants de bénéficier de services de base de qualité, notamment dans les domaines de la santé et de l'éducation. Mais malgré les difficultés financières de l'île, beaucoup tenaient à leur statut d'autonomie. Au cours des dernières semaines, ils ont manifesté et ont déposé une pétition auprès de l'Onu. Sans succès, donc, cette île située à 1 600 km de Sydney, entre la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande, est revenue dans le giron australien. Une nouvelle étape dans l'histoire déjà très riche de l'île : près de 40% des quelque 1 800 Norfolkiens sont des descendants des habitants de Pitcairn, héritiers des mutinés de la Bounty.
 
 

Demandeurs d’asile

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, la justice donne 15 jours aux autorités pour traiter les demandes d'asile de toutes les personnes qui sont actuellement dans le centre de rétention de Manus. Cela concerne 389 hommes, selon des informations obtenues par le groupe de presse australien Fairfax. Les autres personnes ont déjà obtenu une réponse ; dans près de 90% des cas, cette réponse a été positive, elles se sont vu accorder le statut de réfugié.
Rappelons que la justice papoue considère la détention de demandeurs d'asile « illégale ». Le Premier ministre, Peter O'Neill, a annoncé la fermeture du centre de Manus, fin avril, mais les 1 010 réfugiés et demandeurs d'asile envoyés là par l'Australie n'ont pas bougé et pour cause, ils n'ont nulle part où aller.
 
 

Super Rugby

Pour la première fois, une femme va arbitrer un match de Super Rugby, la compétition qui oppose des franchises de l'hémisphère sud. L'Australienne Amy Perrett sera juge de touche lors de la rencontre entre les Rebels et les Stormers, à Melbourne, ce samedi. Âgée de 25 ans, Amy Perrett a déjà dirigé la finale de la Coupe du monde de rugby à XV féminin en 2014, et elle officiera à Rio, aux JO.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live