Les bus Raï retrouvent enfin leurs usagers… avec protocole sanitaire

transports
Reprise des bus cars Raï après le confinement, 2 novembre 2021, bus de Hienghène
A Touho, retrouvailles avec le bus qui dessert Hienghène, le 2 novembre. ©Marguerite Poigoune / NC la 1ère
Après deux mois à l’arrêt et un faux départ, le réseau des bus Raï a repris ses rotations ce mardi à la grande satisfaction des usagers. Quelques jours ont été nécessaires, afin de préparer le protocole sanitaire : il faut être muni de son pass pour monter à bord.

Les bus orange et blanc ont enfin repris la route. Mis à l'arrêt avec l'arrivée du virus en Calédonie et le confinement, le réseau Raï a pris du temps, avant de relancer ses rotations. C'est le cas depuis ce mardi 2 novembre.

Un redémarrage très attendu, comme NC la 1ère l'a constaté dans le bus de Hienghène. Le car Raï s'avère souvent le seul moyen de déplacement des usagers. Mais désormais, il faut respecter une série de règles Covid. 

Reprise des bsu Raï, lecture du QR code, 2 novembre 2021
A la montée dans le car, lecture du QR code. ©Marguerite Poigoune / NC la 1ère

 

Mise en application

A la montée des premiers passagers, le chauffeur a dû mettre en application ce qu’il a appris sur le contrôle des QR code et le protocole sanitaire. Il a en effet reçu une formation afin d’être fin prêt à retrouver le public. Jasmin Tidjitte, conducteur du car de Hienghène, rappelle les règles désormais en vigueur :

  • "On va demander de présenter le pass sanitaire".
  • "On va scanner", 
  • "Laver les mains avec le gel hydro-alcoolique" 
  • "Il y a un sens de circulation dans le car. On monte par l'avant, on descend par l'arrière."
  • "On garde le masque tout au long de la route." 
  • "Et on ne change pas de place."

Des règles détaillées ici, sur le site du Raï. A noter que le SMTI, Syndicat mixte de transport interurbain, a acheté 40 smartphones et souscrit quarante abonnements à l’OPT pour équiper ses chauffeurs. 

Bus Raï à Hienghène, le 2 novembre.
Bus Raï à Hienghène, le 2 novembre. ©Marguerite Poigoune / NC la 1ère


Voyez le reportage de Marguerite Poigoune :

©nouvellecaledonie